Le curcuma, un alicament très puissant

Après le gingembre, je ne pouvais passer à côté d’une autre épice qui lui est souvent associée que ce soit en cuisine, en aromathérapie, médecine ayurvédique, je veux parler du curcuma.

Tout comme le Gingembre, le curcuma fait partie de ces épices qui sont arrivées en Europe avec la route des épices de Marco Polo qui en fit la découverte au XIIIe siècle en ces termes : « dans la grande province de Bengala… ils ont nard et souchet et gingembre et sucre et poivre en grande abondance ». Nous avons vu que le gingembre avait des vertus médicinales innombrables mais que dire de celles du curcuma qui semblent elles aussi considérables. C’est ce que nous allons découvrir tout au long de cet article.

La petite histoire du curcuma

Le curcuma Longa est originaire de l’Inde où il est considéré comme une épice sacrée, on retrouve cependant des cultivars dans tout le sud-est asiatique et on le retrouve dans de nombreux pays tropicaux où il s’est acclimaté.

Le curcuma est l’élément phare de la cuisine indienne puisqu’il entre dans la composition du curry à 25 %. Plante médicinale, Reine de la Médecine Ayurvédique (médecine traditionnelle indienne) et de la Médecine Chinoise, depuis plus de 4000 ans, utilisé notamment pour ses propriétés digestives et anti-inflammatoires, le curcuma est une petite bombe d’antioxydants. Il en est fait mention dans des Védas, manuscrits sacrés très anciens remontant à plus de 3000 ans av. J.-C.

Dans le domaine culinaire de vieilles recettes datant des Assyriens (600 ans av.J.-C.) mentionnent l’utilisation du curcuma comme colorant.

Appelé « souchet des Indes » par Dioscoride dans ses Materia Medica, le curcuma était très peu prisé dans l’Europe du Moyen-Âge, seuls les Espagnols semblaient être conquis certainement à cause des Arabes qui l’utilisaient beaucoup dans leur cuisine et qui comme on le sait ont colonisé l’Espagne pendant plusieurs siècles.

La richesse des produits de la Terre
Tous les produits de la Terre, fruits et légumes ont des propriétés qui vont bien au-delà des valeurs gustatives mais également de très nombreuses valeurs bénéfiques à la santé et au mieux-être.
Pour en bénéficier, il est important de choisir des produits « bio » dans la mesure du possible, sans pesticides, ni insecticides, non OGM. Ils doivent surtout tre préparés en conscience, et avec amour. S’ils sont cuisinés, le micro-onde est à proscrire. En effet le micro-onde tue la vie présente dans les aliments. Il en résulte des produits « morts » sans aucune valeur énergétique.
La pharmacopée connue de tous, n’est qu’une pâle imitation de ce nous offre la Nature.

Le curcuma a été importé en Europe par les grandes puissances colonisatrices, comme la Hollande, le Royaume Uni et le Portugal. C’est Joseph Hubert, savant réunionnais, botaniste et naturaliste qui introduisit le curcuma à l’Île de la Réunion.

Plante médicinale extraordinaire mais pas que. Les utilisations du curcuma sont nombreuses. En effet le curcuma est une des premières plantes à avoir été reconnues comme plante tinctoriale de l’Asie au Pacifique. La poudre de curcuma servait et sert toujours de teinture pour les textiles, laines et coton. On l’utilise même pour la dorure sur bois.

Le saviez-vous, c’est la poudre de curcuma que l’on utilise pour teindre les robes jaunes des moines birmans ainsi que les tapas polynésiens.

L’Inde est le premier producteur mondial de curcuma, ce qui représente un enjeu économique très important pour ce pays. Le curcuma est parfois nommé safran des Indes à cause de sa couleur similaire et plus simplement safran du pauvre.

E100 : le colorant alimentaire industriel

Plus près de chez nous, le curcuma et la curcumine, baptisé E100 est autorisée par la législation européenne dans de nombreux produits alimentaires pour la coloration.

C’est au XIXe siècle que la matière colorante que l’on retrouve dans le rhizome a été isolée. On la retrouve dans les moutardes, fromages, bouillons, potages, condiments, produits de charcuterie, les marmelades, les confitures, pâtes de fruits, bonbons, glaces, caviar, crevettes, sirops, liqueurs etc. Non toxique, il est également autorisé comme colorant pharmaceutique.

Un peu de botanique

Le mot curcuma viendrait de l’arabe Kourkhoum qui veut dire safran. Il est apparu dans la langue française en 1559.

En anglais, curcuma devient turmeric, mot dérivé du français « terre mérite » lui même issu du latin terra merita, qui désignait la racine de la plante.

Le curcuma longa est une plante vivace de la famille des Zingibéracée. Elle peut atteindre environ un mètre de haut. Ses feuilles sont lisses, longues et étroites, de couleur vert pâle. Ses fleurs se présentent sous forme qui d’épis de petites fleurs blanches ou jaunes et parfois violettes. Le curcuma demande un grand ensoleillement et une terre fertile. On la cultive pour sa racine ou rhizome.

Comme le gingembre, le rhizome a une peau épaisse, écailleuse de couleur gris-brun à l’extérieur, de couleur orange vif en section, alors que le gingembre est vert pâle. Le rhizome tout comme le gingembre se présente sous la forme de doigts effilés à l’extrémité

Le curcuma une épice sacrée en Inde

En Inde, le curcuma est considéré comme porte-bonheur et on le retrouve dans de nombreux rites, comme promesse de joie et de fécondité. Il est aussi symbole de pureté. Lors de leurs noces, les jeunes mariés se mettent sur le visage un maquillage à base de curcuma et de santal.

Lors d’un décès, les parents du défunt durant la période de deuil, sont considérés comme impurs et n’ont pas le droit de consommer des produits « purs » tel que le lait ou le curcuma.

On offre du curcuma aux dieux et tout particulièrement à Ganesh, le dieu de la prospérité à tête d’éléphant. Dans les temples on voit souvent du curcuma sur les petits plateaux à offrandes, parfois répandu sur les piécettes que l’on offre.

On utilise le curcuma en Asie, en Inde, en Indonésie, en Malaisie… pour la purification des lieux de culte. Lors des fêtes du Nouvel An tibétain, on asperge le dôme blanc du stupa de Bodnath au Népal de curcuma. Tous les douze ans environ, la grande statue jaïniste, haute de 17 mètres de haut de Gomateshvara à Sravanabelgola est ointe devant des millions de fidèles venus de toute l’Inde avec des aspersions d’eau de coco, puis de canne à sucre, suivi d’un flot de lait de vache. Puis on répand de la poudre de riz et du curcuma, et des substances épicées médicinales et odorantes.

De quoi est composé le curcuma ?

Le curcuma est composé de nombreuses vitamines et d’une bonne quantité de minéraux.
Eau : 11,360 g/100 g
Sodium : 38 mg
Fibres : 24,1 g/100 g

Vitamine B1 : (0,152 mg/100 g)c’est une coenzyme, importante pour la production d’énergie puisée dans les glucides que nous absorbons. Elle favorise la transmission de l’influx nerveux et aide à une bonne croissance.
Vitamine B2 : (0,233 mg/100 g) importante dans la production d’énergie. Elle sert aussi à la fabrication des globules rouges et des hormones, ainsi qu’à la croissance et à la réparation des tissus.
Vitamine B3 : (5,140 mg/100 g)importante dans la production d’énergie. Elle participe également au processus de formation de l’ADN (matériel génétique), permettant ainsi une croissance et un développement normaux.
Vitamine B6 : (1,800 mg/100 g) elle est essentielle car notre organisme de sait pas la fabriquer et joue un rôle de cofacteur dans un grand nombre de processus liés au métabolisme des acides aminés et des protéines.
Vitamine B9 : (39,0000 µg) joue un rôle essentiel dans la fabrication de toutes les cellules de notre corps, dont la production de notre matériel génétique, le bon fonctionnement du système nerveux et immunitaire. du calcium et du cuivre, important pour la fabrication de l’hémoglobine et du collagène.
Vitamine E : (3,100 mg/100 g)
Vitamine C : (25,900 mg/100 g)le rôle que joue la vitamine C dans l’organisme va au-delà de ses propriétés antioxydantes. Elle contribue aussi à la santé des os, des cartilages, des dents et des gencives. De plus, elle protège contre les infections, favorise l’absorption du fer contenu dans les végétaux et accélère la cicatrisation.
Vitamine K1 : (13,400 µg/100 g) joue un rôle essentiel dans la coagulation sanguine. Elle participe aussi à la formation d’une protéine de l’os : l’ostéocalcine et retarde l’apparition de l’ostéoporose en maintenant le calcium dans les os.
Calcium : (183 mg/100 g) joue aussi un rôle important dans la coagulation du sang, le maintien de la pression sanguine et la contraction des muscles, dont le cœur.
Cuivre : (0,603 mg/100 g) en tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.
Fer : (41,420 mg/100 g) toutes les cellules de notre corps sont composées de fer. Il est essentiel au transport de l’oxygène et à la formation des globules rouges dans le sang et joue un rôle important dans la fabrication de nouvelles cellules, des hormones et des neurotransmetteurs.
Magnésium : (193 mg/100 g), le  » sel antistress « . Assure un bon équilibre nerveux et régularise l’excitabilité musculaire. Une carence favorise la fatigue, l’anxiété, l’insomnie, la constipation et la spasmophilie. Très utile à l’être humain car il participe au développement osseux, à la construction des protéines, les dents et le système immunitaire.
Phosphore : (268 mg/100 g) considéré comme le deuxième minéral le plus abondant de l’organisme après le calcium. Il joue un rôle important pour le maintien de la santé des os et des dents.
Potassium : (2,525 mg/100 g) important pour la croissance et l’entretien des cellules. Indispensable au système nerveux et à la contraction musculaire normale – y compris le muscle cardiaque. Le potassium est également un électrolyte qui aide à équilibrer les fluides du corps humain, important pour maintenir une bonne pression artérielle.
Selenium : (4,500 µg/100 g)
Zinc : (4,35 mg/100 g) joue un rôle important dans le cadre des réactions immunitaires, de la fabrication du matériel génétiques, de la cicatrisation des plaies et du développement du fœtus.
Composition donnée à titre indicatif pour 100 g de curcuma moulu.

Le curcuma et notre santé

Le curcuma ne contient pas de cholestérol.
La curcumine ou (pigments polyphénoliques, appelés curcuminoïdes) composé actif principal du curcuma est très riche en antioxydants qui sont capables freiner la destruction des membranes cellulaires en contrariant l’action des radicaux libres. Les radicaux libres sont des molécules d’oxygène instables et incomplètes qui peuvent se retrouver dans l’organisme et qui tentent de s’accoupler à des éléments de nos propres cellules afin de se compléter.

Le curcuma fait l’objet de nombreuses études scientifiques dans le monde entier, dans le but de mieux cerner ses propriétés alimentaires et médicales.

Selon le Dr Franck Gigon, spécialiste des plantes médicinales dans la revue Plantes & Bien-Être, « la synthèse de 4 000 études sur le curcuma relève pas moins de 580 avantages sur la santé, exprimés par ses polyphénols ! Il est tout simplement hallucinant d’appréhender tout le potentiel thérapeutique que ce petit tubercule ocre peut nous proposer. »

Le curcuma est efficace dans la prévention de certains cancers car il aide à combattre les cellules cancéreuses, les tumeurs ainsi que les mutations anormales de cellules, les maladies dites auto-immunes et dégénératives, plus particulièrement la maladie d’Alzheimer. Son action est efficace dans la production de cellules saines, de globules rouges et de globules blancs. Il prévient la détérioration des tissus qui peut survenir lors des traitements de chimiothérapie. L’Inde, grand consommateur de curcuma, présente un taux très faible de cancer du côlon.

Sphère digestive
Le curcuma améliore la digestion en stimulant la sécrétion de la bile (l’excrétion de la bile en est augmentée de 100 %). Il semble augmenter la production d’enzymes pancréatiques. Il est aussi hépatoprotecteur, c’est-à-dire qu’il renforce le foie et la vésicule biliaire, il est également bactéricide et parasiticide.

Avec son pouvoir antibactérien il est efficace au niveau des altérations de la flore intestinale, il répare la muqueuse intestinale et détruit les vers et parasites intestinaux ; il élimine les Candida-albicans, l’Hélicobacter Pylori et toutes les bactéries et virus, présents dans les intestins, l’estomac et le côlon. Il permet de lutter contre la maladie de Crohn, le syndrome de l’intestin irritable.

Inflammation
Les propriétés anti inflammatoire du curcuma permettent de lutter contre les douleurs articulaires, telles que l’Arthrose, l’Arthrite, sciatiques et lumbagos. Le curcuma est efficace dans le cas d’une blessure, d’une fracture et intervient dans la vitesse de guérison grâce à son action anti inflammatoire très puissante.

Le curcuma a un pouvoir important au niveau immunitaire et renforce nos défenses. Il combat les angines, les grippes, maux de gorge et la fièvre.

Sphère cardio vasculaire
Le curcuma agit à titre préventif sur les maladies cardio-vasculaires en agissant sur le mauvais cholestérol et en fluidifiant le sang, le curcuma aide au maintien de la santé des artères et favorise la bonne circulation du sang.

Gingivite
Le curcuma est efficace en cas d’infection et d’inflammation de la gencive. En effet un rince-bouche à base de curcuma diminuerait la contamination bactérienne de manière aussi efficace que la chlorhexidine où tous autres antiseptiques.

La peau
Le curcuma combat les inflammations de la peau, comme l’eczéma, les peaux sèches, et les maladies de peau liées à l’alimentation. Il purifie le sang et la lymphe.

VIH
Plusieurs études ont démontré que le curcuma ralentit la progression du VIH et semble augmenter le taux de CD 4 et de CD 8 dans le sang. Plusieurs études cliniques sont en cours actuellement.

Comment consommer le curcuma ?

En effet, on ingère rarement le curcuma seul, pour l’optimiser il faut le combiner avec :
– du poivre
– du gingembre, synergiste du curcuma pour l’absorption et les effets anti-inflammatoires
– des lipides, car les composants actifs du curcuma (curcuminoïdes) sont liposolubles.

Je ne pouvais terminer ce chapitre sur le curcuma et notre santé sans vous parler de la règle du9-5-1 élaborée par Christophe Bernard, herbaliste, où comment optimiser l’efficacité du curcuma.

Christophe Bernard propose de les utiliser selon des proportions bien définies : 9-5-1
•  Curcuma, 9 proportions
•  Gingembre, 5 proportions
•  Poivre, 1 proportion
On entend par proportion 1 cuillère à café par exemple, 1 tasse, 100 g…

Placez ces proportions dans un bocal et mélangez d’une manière bien homogène. Prenez votre temps, cette phase de mélange est importante.
Christophe Bernard préconise que pour avoir un effet notable sur une inflammation, il faudra consommer plusieurs grammes de ce mélange par jour, entre 5 et 10 g, parfois 15 g selon votre condition et ce en 3 prises.

Comment consommer le 9-5-1

Gélules
En gélules c’est la manière la plus simple. Il suffit de vous procurer des gélules vides et d’encapsulez ensuite. Prendre 5 gélules en 3 prises.
Il est conseillé de prendre les gélules pendant votre repas, ce qui permettra au curcuma de se mélanger plus facilement au bol alimentaire.

Chai 9-5-1
Une autre façon d’Absorber le 9-5-1, le « Chai 9-5-1 » comme l’appelle Christophe Bernard :
•  Versez 200 à 250 ml de lait d’amandes dans une casserole.
•  Rajoutez 1 à 2 bonnes cuillères à soupe de crème de coco pour les lipides, bien doser.
•  Placez une ou deux cuillères à soupe bombées du mélange 9-5-1
•  Ajoutez un peu de miel ou du sirop d’érable.
•  Faites chauffer jusqu’à ce que le mélange soit bien homogène.
•  Dégustez

Mise en garde

Quelques précautions également, ce mélange tache, attention à vos vêtements.
Attention ce mélange a un effet fluidifiant sur le sang, si vous prenez des anticoagulants ou si vous devez subir une intervention chirurgicale, ne prenez pas ce mélange.

Le curcuma ne présente aucun effet indésirable. Les femmes enceintes devraient cependant éviter de consommer du curcuma.
Cependant si vous souffrez de calculs biliaires il est recommandé de consulter un médecin avant de consommer du curcuma

Le curcuma en cuisine

Tout comme le gingembre le rhizome frais de curcuma est plus goûteux, mais il n’est pas toujours facile d’en trouver à la différence du gingembre.

Le curcuma entre dans la composition du massalé, du colombo, du curry, le Ras-el-hanout
En poudre le curcuma est excellent pour colorer les crèmes, les œufs, les pommes de terre, le riz.

On peut en ajouter dans un gratin de chou-fleur par exemple, mais aussi dans des lentilles, les moules, le poisson, la volaille.

Dans les desserts il apportera une belle touche de couleur à votre pâte à crêpes à gaufres, dans des glaces ou sorbets également pour leur apporter une touche de couleur.
À la Réunion, le curcuma est très utilisé bien plus que le safran et on l’appelle safran-pays. On le retrouve dans les caris, achards et autres spécialités de l’île.

Il existe une marinade, sorte de condiment, inventée par les Anglais lors de leur occupation de l’Inde appelé Piccalilli : on y retrouve différentes sortes de légumes (chou fleur, petits oignons, haricots verts, tomates vertes, concombres) que l’ont fait macérer durant 24 heures avec du sel, puis égouttés. Ensuite ils sont cuits avec du vinaigre, de la farine, du sucre (ou du miel) et du curcuma et mis en conserve.

Quelques recettes
Cabillaud au curcuma, écrasé de pomme de terre aux deux citrons
Ingrédients (pour 2 personnes)
Cabillaud
2 dos de cabillaud
1 citron jaune bio
3 c à s d’huile d’olive
2 c à s de crème fraîche
1 c à c de curcuma
1 c à c de coriandre moulue
poivre
QS Sel
Écrasée de pommes de terre
4 pommes de terre « Princesse »
2 c à s d’huile d’olive
1 c à s de crème fraîche
1 jus de citron jaune
1 jus de lime
QS Sel
Préparation
Préchauffez votre four à 180°C
Huilez un plat allant au four avec une cuillère à soupe d’huile d’olive.
Disposez des rondelles de citron et poser le dos de cabillaud dessus.
Assaisonnez le dos de cabillaud avec le sel.
Arrosez le poisson d’une cuillère à soupe d’huile d’olive.
Enfournez pour 20 min.
Faites cuire les pommes de terre.
Couvrez et faites chauffer à feu moyen.
Comptez 10 à 15 minutes de cuisson après le début de l’ébullition.
Quand les pommes de terre sont cuites, les égoutter, les écraser à la fourchette avec l’huile d’olive, les jus de citron et la ciboulette.
Préparation de la crème
Mélangez la crème et les épices, coriandre et curcuma, salez, poivrez et faites chauffez à feu doux.
Vous pouvez ajouter un filet de citron.
Dressage
Disposez un dos de cabillaud nappé de la sauce au curcuma sur chaque assiette accompagnée de son écrasée de purée.
Korma de légumes et pain chapati
Ingrédients (pour 6 personnes)
Korma de légumes
1 oignon haché
3 gousses de cardamomes vertes (*)
1 c à s d’huile végétale
2 c à c de cumin en poudre
2 c à c de coriandre en poudre
1/2 c à c de curcuma
1 c à s de garam masala
1 gousse d’ail
1 morceau de 5 cm de gingembre frais haché
800 gr de légumes mélangés (**)
40 cl de bouillon de légumes en tablette bio
200 gr de yaourt nature bio
10 cl de lait de coco
2 c à s de poudre d’amandes
1 poignée d‘amandes effilées et grillées à sec
feuilles de coriandre ciselées
Pain chapati (6 pains)
100 g de farine complète
20 g de farine de blé
1/2 cuillère à café de sel
de l’eau
(*)   décortiquez et récupérez les graines de cardamome et
écrasez-les.
(**) carottes de couleur, céleri branche, panais, topinambours, pois chiches, petits pois surgelés,
courgettes, aubergines, pommes de terre.
Préparation
Korma de légumes
Coupez tous les légumes en morceaux moyens.
Faites revenir a feu doux l’oignon les graines de cardamome écrasées et les épices en poudre 5 à 6 minutes.
Ajoutez le gingembre haché.
Poursuivez la cuisson pendant 1 minute en mélangeant bien.
Ajoutez tous les légumes, (sauf les petits pois).
Ajoutez le bouillon de légumes chaud, couvrez,
Faites cuire 20 minutes à peu près, vérifiez la cuisson,
Ajoutez les petits pois, le yaourt, le lait de coco et la poudre d’amandes, le garam masala,
Mélangez.
Laissez mijoter pendant encore 10 à 15 minute
Parsemez d’amandes effilées et grillées et de coriandre ciselée.
Servez accompagné de riz basmati parsemé de noix de cajou grillées.
Une sauce très crémeuse, elle enveloppe bien les légumes et est parfaite avec le riz parfumé.
Pain chapati (6 pains)
En principe on utilise un récipient appelé « paraat ». J’ai pris un saladier en terre.
Mettez-y la farine complète, la farine de blé et le sel et bien mélanger.
Ajoutez de l’eau et mélangez jusqu’à obtenir une pâte.
Travaillez la pâte avec le poing (technique indienne traditionnelle).
Ajoutez un peu d’eau. La pâte ne doit pas être trop dure sinon les chapatis seront durs.
Séparez ensuite la pâte et faire des petites boules.
Étalez au rouleau chaque boule de manière à obtenir une sorte de crêpe.
Faites chauffer une plaque ou une poêle sur le gaz pour la cuisson.
Déposez le chapati dessus.
Retourner le chapati quand il y a des petits gonflements à la surface.
Baissez le feu.
Quand l’autre côté et bien cuit, mettez le chapati directement sur la flamme (gonflement).
Le tourner plusieurs fois de manière à ne pas le brûler.
Retirez le chapati.
Un voyage gustatif pour les papilles.
Jackie Thouny

Livres complémentaires :

Toutes les astuces pour glisser du curcuma dans vos plats !

Curcuma en cuisine de Garance Leureux – éd. Laplage

Partez à la découverte des multiples utilisations du curcuma. Découvrez les bons réflexes, les astuces et les recettes simples pour le consommer au quotidien et bénéficier de ses précieuses propriétés anti-oxydantes.
Le curcuma n’est pas réservé aux currys. Il trouve facilement sa place dans une cuisine bio, riche en végétaux et qui privilégie certains ingrédients santé qui viendront  » booster  » nos défenses naturelles : céréales complètes, chou, patates douces, graines de lin, gingembre, sirop d’agave, kéfir…
En première partie du livre : conseils et astuces pour utiliser le curcuma (poudre et racine) au quotidien en préparant des condiments, des huiles, des sauces…
Puis, une vingtaine de recettes joliment illustrées pour l’utiliser dans des recettes simples et créatives, de l’entrée au dessert.

Mes petites recettes magiques au Curcuma de Pascales de Lomas – éd. Leduc

Le curcuma est traditionnellement connu pour ses fantastiques propriétés digestives (adieu gaz, ballonnement, colite !) et anti-inflammatoires et, depuis peu, anticancer et anti-alzheimer. Mais ses bienfaits sont en réalité innombrables. Pas étonnant que les médecines indiennes et chinoises l’utilisent depuis des siècles… Savoureuse, exotique et gourmande, cette épice trouve facilement sa place dans une cuisine simple, légère et riche en fruits et légumes.
Dans ce livre, découvrez :
* Les 10 meilleures raisons d’adopter le curcuma : anticancer et anticholestérol, belle peau, apaise les douleurs digestives et les rhumatismes…
* Les meilleurs aliments magiques pour accompagner cette épice, renforcer nos défenses naturelles et faciliter le transit : poivre, poulet, saumon, lentilles, potiron…
* De nombreuses astuces pour la consommer au quotidien.
* Et bien sûr, 100 recettes magiques au curcuma faciles et gourmandes de l’entrée au dessert ! Soupe de lentilles corail, brochettes de poulet façon tandoori, risotto aux champignons, mi-cuit au chocolat, verrine de pêches…

Principales sources :

• Althea Provence : www.altheaprovence.com
• Boite à recettes : www.boitearecettes.com
• Consoglobe : www.consoglobe.com
• Curcuma Santé : www.curcumine-sante.net
• eSanté : www.e-sante.fr
• Guide des aliments : www.guide-des-aliments.com
• Le bon complément : www.leboncomplement.com
• Le Figaro Santé : www.sante.lefigaro.fr
• Le Fournal des Femmes : www.sante-medecine.journaldesfemmes.com
• Mr Ginseng : www.mr-ginseng.com
• Passeport Santé : www.passeportsante.net
• Top Santé : www.topsante.com
• Wikipedia : www.wikipedia.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *