L’ISLAMO-COLLABO B.CAZENEUVE ET LES AUTRES :  DOSSIER D’ACCUSATION. SUITE.

 

« L’islamo-collabo Bernard Cazeneuve, qui nous sert de ministre de l’Intérieur… »

On a étouffé la chrétienté et maintenant, ils essaient de favoriser les musulmans afin de provoquer une guerre entre nous. Comme ils donnent de super avantages à des étrangers pendant que nous français, galérons, pour les même raisons.

Bernard Cazeneuve complice de l’islamisation de la France qui a pour but de nous mener à une guerre civile, pendant ce temps, il fait détruire des églises.

Parmi tout les collaborationnistes de la gauche et de l’extrême gauche pour l’éradication du peuple de France et l’islamisation de notre pays, il y a un monstre plus dangereux qu’Hitler lui même pour notre pays !!!!! il s’appelle Bernard Cazeneuve …..ce franc maçons de la « grande loge de France » ( comme quasiment tout ce gouvernement de pourris ) et l’un des pires dangers pour notre démocratie …….et l’un des pires bourreau pour notre peuple !

 

https://www.youtube.com/watch?v=9wCaK4krCL4

———————————–

 

Le discours historique de l’islamo-collabo Bernard Cazeneuve

Nous avons déjà eu l’occasion de dénoncer le discours de l’islamo-collabo Manuel Valls dans un billet précédent. Bernard Cazeneuve, la limace toxique qui l’a remplacé au Ministère de la Police (de la pensée), ne vaut pas mieux. Nous l’avons déjà souligné précédemment.

Mais la limace toxique vient de se surpasser, ce lundi 15 juin 2015, dans le discours de clôture de la réunion de l’Instance de dialogue avec le culte musulman, instance nouvellement créée par le PS. Un discours qui est hallucinant et délirant, de bout en bout. Avant de fournir plus loin le texte, il convient de faire quelques commentaires préalables, pour mieux comprendre le sens de ce discours, qui est en quelque sorte historique et dont il est important de démonter la logique.

L’imposture du mot « culte »

Le 1er problème est le mot « culte », lui-même, qui n’est que l’infime sommet de l’iceberg. Les poupées emboitées de l’islam mène du « culte » (dans une mosquée je présume) à la religion (l’islam), puis à la politique (l’oumma de tous les musulmans) puis à la géopolitique (le jihad sans frontières). Cela n’a strictement aucun sens de « dialoguer » avec l’islam, comme si l’islam se résumait à un « culte », à une simple question pratique et matérielle. La limace toxique utilise 24 fois le mot « culte » dans son discours.

La redéfinition du mot « laïcité »

Le 2ème problème est la redéfinition du mot « laïcité ». Jusqu’à présent, en particulier depuis 1905, il me semblait que la « laïcité » à la française était conçue comme l’alliance de la liberté de religion (individuelle) et de l’absence volontaire d’ostentation religieuse (en société). Chacun, à titre privé, est libre de croire ce qu’il (ou elle) veut, mais chacun, dans l’espace public partagé, doit faire preuve de mesure dans l’affichage de ses propres croyances. Voilà ce que la plupart des Français avaient sans doute compris.

Le discours de Cazeneuve du 15 juin 2015 est une rupture totale avec cette notion de « laïcité » à la française, telle qu’on pouvait la comprendre jusqu’à présent. En particulier, on notera la phrase suivante : « La laïcité, […] ce n’est pas davantage une démarche offensive visant à faire disparaître toute expression du fait religieux de l’espace public. »

Pour mémoire, le même Cazeneuve et avant lui, Manuelito Gaz, ne sont pas gênés pour agresser des manifestants pacifiques, soit avec la police officielle soit avec leurs Femens subventionnées. La pseudo-laïcité à la sauce Gazo-Cazeneuve, c’est surtout une démarche offensive visant à faire disparaître toute expression du Christianisme de l’espace public.

La conclusion pratique est aussi que « l’enfouïssement » pre-mortem du catholicisme doit être remplacé par l’ostentation. Plus que jamais, les Catholiques doivent s’afficher dans l’espace public, comme les musulmans sont autorisés à le faire, conformément à la « laïcité », telle que redéfinie par les truellards islamo-collabos.

L’escroquerie multiple des mots « laïcité » et « culte »

Le 3ème problème est l’escroquerie mise en oeuvre par l’abject Cazeneuve consistant à sauter du « culte » (privé dans une mosquée) à l’espace public, où les manifestations visibles d’appartenance religieuse doivent être autorisées (sous couvert de liberté de« culte »). Concrètement, cela revient à officialiser que l’espace public partagé est islamisé, de gré ou de force. S’y opposer est de « l’intolérance ». C’est en fait une violation totale de la notion de « laïcité » à la française.

Voilà qui devrait aussi faire réfléchir les laïcards du Front National. La « laïcité » n’est rien d’autre que le faux-nez de l’islamisation, par ruse ou par force.

La subversion totale du rôle de l’ETAT

Il est également intéressant de voir comment l’infâme Cazeneuve glisse par étapes successives :

(1) Chacun est libre de pratiquer le « culte» musulman,

(2) Il doit être possible pour chacun de pratiquer le « culte» musulman,

(3) L’Etat doit fournir, avec l’argent public, tout ce que les Musulmans souhaitent.

En clair, par une inversion totale, la liberté individuelle se transmute en obligation pour l’Etat d’islamiser l’espace public, les universités, et jusqu’aux agences de voyage (!!), pour le pélerinage à la Mecque. D’où le point suivant :

(4) L’Etat doit réprimer les Français, qui s’opposent à ce que l’Etat fournisse, avec l’argent public, tout ce que les Musulmans souhaitent.

Quand on vous dit que ce discours est historique.

**********************************

Texte du discours de clôture de la réunion de l’Instance de dialogue avec le culte musulman, lundi 15 juin 2015

[Commentaire: blabla sans intérêt]

Monsieur le Président, Messieurs les recteurs, Messieurs les imams, Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs,

Cette journée de dialogue entre les pouvoirs publics et les Français de confession musulmane aurait pu se prolonger fort longtemps, si j’en juge par la richesse des travaux qui se sont déroulés dans le cadre de quatre ateliers et dont nous venons d’entendre le compte-rendu.

La charge m’incombe pourtant de mettre provisoirement un terme à ces échanges, d’en tirer des conclusions – que j’espère aussi consensuelles que possible – et surtout d’indiquer les perspectives qui s’offrent à nous, afin que les objectifs que nous nous sommes fixés, fondés sur des diagnostics partagés, ne restent pas lettre morte. Mais avant d’en venir à ces considérations prospectives, je voudrais revenir sur l’esprit qui a présidé à cette rencontre exceptionnelle et sur le sens que nous avons voulu donner à ce dialogue.

Le Gouvernement, comme l’a rappelé le Premier Ministre ce matin, a souhaité susciter la réunion de cette Instance de dialogue parce qu’il est des questions très concrètes qui concernent l’exercice du culte musulman en France et qui méritent d’être traitées de façon concertée entre les pouvoirs publics et les représentants des fidèles.

[Commentaire: foutage de gu..le total dans la phrase suivante]

Le Gouvernement a souhaité ce dialogue parce qu’il n’entend pas que les questions liées à l’exercice de votre culte fassent l’objet de polémiques démagogiques ou d’instrumentalisation à des fins partisanes. [non, sans blague…]

[Commentaire 1: il est curieux de parler de séparation des Eglises (au pluriel) et l’Etat]

[Commentaire 2 : noter la formulation étrange « la laïcité « permet » aux croyants de pratiquer leurs cultes dans des conditions dignes et paisibles. On a l’impression que l’Etat *doit* quelque chose.]

Le Gouvernement a souhaité ce dialogue parce qu’il croit à la vertu de la laïcité : ce principe qui garantit à chacun la liberté de conscience – la liberté de croire ou de ne pas croire – et qui permet aux croyants de pratiquer leurs cultes dans des conditions dignes et paisibles. Tels étaient les objectifs de la loi fondatrice de séparation des Eglises et de l’Etat, adoptée en 1905.

[Commentaire: attention, là on est au coeur du sujet, la laïcité est redéfinie]

La laïcité, comme l’a rappelé ce matin le Premier Ministre, c’est donc la neutralité religieuse de l’Etat. Ce n’est pas le refus du dialogue que l’Etat entretient avec toutes les religions. Ce n’est pas davantage une démarche offensive visant à faire disparaître toute expression du fait religieux de l’espace public.

[Commentaire: attention, là on franchit un nouveau palier, puisque la laïcité devient officiellement l’islamisation forcée pour tous]

La laïcité, ce n’est pas l’interdiction des repas de substitution dans les cantines scolaires. Cela, ce n’est pas la laïcité, c’est son instrumentalisation politique au détriment des seuls musulmans.

[Commentaire: notez bien l’escroquerie intellectuelle : sous couvert de liberté de culte (dans une mosquée), on saute au droit d’imposer les signes ostentatoires de religion musulman à tout le monde dans l’espace public. S’opposer à l’ostentation religieuse des musulmans est donc la définition de l’intolérance]

La suite à lire sur: http://canalisations-marie.blogspot.fr/2016/08/0208-lislamo-collabo-b.html

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s