COMMENT METTRE LA PRESSION SUR L’OLIGARCHIE QUI NOUS GOUVERNE ?

La grève générale, ne veut pas dire nécessairement, manifestations et barricades. La grève générale veut dire, arrêt total de la production de richesses et donc du profit.
Quand vous en arrivez à utiliser la violence, vous jouez le jeu du système. Les valets du pouvoir vous irriteront, tireront la barbe, vous gifleront au visage pour vous pousser à vous battre. Dés qu’ils vous ont rendus violents, ils peuvent vous infliger les sanctions qui peuvent vous mettre hors d’état de nuire, la violence c’est leur spécialité, leur savoir bien rodé.
Ce qu’ils ne savent pas traiter, c’est la non-violence.
Mais aujourd’hui, peut-on encore croire que cela suffira à nous faire entendre ?

Nous devons devenir aussi sournois que le pouvoir. Ils réduisent sans cesse notre pouvoir d’achat faisons de même, il faut les touchers où cela leur fait mal, leur pognon, leur fric…

Que feraient-ils face à une opposition massive, non violente et totalement invisible ? Rien. Il ne pourraient rien faire, ils ne pourraient même pas envoyer la force brute de l’état pour mater la rébellion.

Il était une fois une révolution intelligente, la décroissance.

Une arme redoutable la décroissance.Utilisons ce moyens simple et boycottons les multinationales de l’agroalimentaire.
  • Réduire vos dépenses au strict minimum, réfléchir à deux fois toutes vos dépenses, éviter à tout prix les achats coup de cœur;
  • Cultiver son potager bio ou participez à un potager collectif, élever quelques poules, apprenez les techniques de conservation des denrées alimentaires;
  • Constituer un stock de produits de première nécessité pour tenir minimum 3 mois;
  • Coupez deux heures par jour votre installation électrique;
  • Déplacez-vous à pied ou en vélo;
  • Consommez uniquement des produits locaux et bio;
  • Évitez toutes les grandes surfaces;
  • N’emmenez plus vos enfants au fast-food;
  • Passez vos vacances en campagne dans des gîtes ruraux ou chez l’habitant;
  • Laissez le moins possible d’argent à la banque;
  • Réduire vos dépenses et épargnez votre argent sous votre matelas, achetez des pièces d’or ou d’argent;
  • Privilégiez le troc, la solidarité et l’entraide.

Comment se faire entendre ?

Imprimez le et collez le à votre fenêtre en signe de soutien et de solidarité envers le mouvement.
Quel moyen avons nous pour lutter contre les problèmes liés aux décisions politiques qui détruisent le tissu social et qui exacerbent les inégalités, la pauvreté et la misère ?
  • Afficher à sa fenêtre un logo montrant clairement sa colère face au système, sa solidarité et sa participation au mouvement générale.
  • Arrêt de la production et le ralentissement de la consommation au strict minimum, sont au rendez-vous. Travailleurs, salariés, chômeurs, allocataires, pensionnés chacun peut participer à la lutte en réduisant sa consommation, en créant et en organisant des comités de soutien, en créant des potagers collectifs, en imprimant des tracts, publier sur FB et sur internet… tout ce qu’il faut pour soutenir les travailleurs qui paieront le prix fort de la grève. Ensemble, on est plus fort.
  • Allons-y progressivement, commençons par un jour de grève générale par semaine et augmentons la fréquence jusqu’au moment où l’on obtient nos justes revendications. En cas de réquisition, ce sera l’excès de zèle, prendre le maximum de temps à tous les contrôles, vérifier, deux fois, trois fois, voir quatre fois les mêmes contrôle ce qui aura pour effet de réduire d’autant le rendement et la production de profits s’effondrerait.
Un arrêt de la production d’un jour par semaine, c’est +/- 20 % des recettes en taxe, en TVA, en accises… Combien de temps croyez-vous qu’ils puissent tenir ?
En faisant grève par intermittence les dirigeants d’entreprises ont difficile à régler le fonctionnement et l’organisation du travail. De plus, les salariés en souffrent beaucoup moins.
C’est facile et je suis persuadé qu’il ne faudrait pas longtemps pour faire plier l’oligarchie qui nous dirige, notre dictature aux services de l’argent des multinationales et des grandes fortunes.
Le gouvernement ne peut pas tenir face aux besoins des banquiers qui financent l’industrie et l’agroalimentaire, c’est un véritable château de cartes bâti sur du sable, tout n’est que dettes et crédits. Vous ne comprenez pas que c’est eux qui ont besoin de vous pour rembourser leurs crédits.
Cela ne durera pas longtemps avant que le gouvernement ne soit obligé de plier face aux besoins de l’oligarchie financière. On a vu en 2014 que le gouvernement après 3 jours de grève générale avait mis un genou à terre. C’est une réalité qui ne met personne dans une situation de non-paiement de ses crédits. C’est aussi le prix à payer.
Arrêtez de consommer, arrêtez de bosser, de son propre chef c’est beaucoup plus confortable que quand on vous l’impose ou que l’on connaît la guerre civile, heureusement on n’en est pas encore là. Mais, si nous ne faisons rien, la dictature qui nous dirige avec ses semblants de démocraties nous fera payer leurs crédits avec notre sang et avec la mise en esclavage de nos enfants.
Jacques Jordens

 

Advertisements

Une réflexion au sujet de « COMMENT METTRE LA PRESSION SUR L’OLIGARCHIE QUI NOUS GOUVERNE ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s