SCÈNES DE GUERRE AU BRÉSIL  SUITE À LA DESTITUTION DE DILMA ROUSSEFF. 

 

 

Cela a été annoncé et ils tiennent parole. Ils étaient à peine remis des émeutes pour la coupe du monde.

Dilma Rousseff fait appel de sa destitution.

Les partisans de Dilma Rousseff ne décolèrent pas. Ils n’acceptent pas sa destitution pour maquillage de comptes publics et dénoncent un coup d’État. Ils exigent la démission de son remplaçant, Michel Temer.

Jets de pierres, gaz lacrymogènes, pluie de canons à eau….Les violentes altercations entre supporters de Dilma Rousseff et policiers se sont soldées par l’hospitalisation d’un officier de police.

 

Des heures durant, des groupes de manifestants ont coupé la circulation et incendié des pneus pour installer de véritables barrages sur une demi-douzaine d’axes routiers de Sao Paulo, la plus grande ville brésilienne.

Dans plus d’une dizaine d’états, les manifestations se sont multipliées et ont dégénérées. Selon le média brésilien Globo, les manifestants se seraient également adonnés à des actes de vandalisme, pillant des boutiques, détruisant des vitrines, et incendiant des véhicules de police.

«Fora Temer» (Temer, dehors), crient les militants devant les barricades, exigeant la démission du nouveau président qu’ils considèrent comme un usurpateur.

La destitution de la première femme présidente du Brésil ne passe pas. Validée mercredi 31 août par le Sénat, elle a provoqué la colère des Brésiliens.

Dilma Rousseff a été destituée au terme d’une procédure qui met fin à 13 ans de gouvernements de gauche dans le plus grand pays d’Amérique du sud. Elle est accusée d’avoir maquillé des comptes publics afin de dissimuler l’état désastreux de l’économie du pays. Une majorité de plus des deux tiers requis des sénateurs a voté pour la destitution de la dirigeante, élue en 2010, et remplacée par son ancien vice-président et rival Michel Temer (PMDB, centre droit), qui avait pris le pouvoir par intérim.

« NOUS REVIENDRONS »

La présidente destituée, qui nie toute malversation, a dénoncé une « conspiration » et un « coup d’Etat parlementaire » visant à préserver les intérêts des plus riches et à supprimer les programmes sociaux qui ont sorti plus de 30 millions de Brésiliens de la pauvreté depuis l’élection de Lula, en 2002. L’ex-militante dissidente aujourd’hui âgée de 68 ans a comparé lundi les sénateurs aux officiers de la junte militaire qui l’avaient jugée dans les années 1970 à visage masqué.

« Ils pensent qu’ils nous ont battus, mais ils se trompent », a-t-elle martelé mercredi. « Cette histoire ne se finira pas ainsi, nous reviendrons pour poursuivre notre voyage vers un Brésil où le peuple sera souverain », a-t-elle également promis.

Pour ses détracteurs, sa destitution marque la fin d’une longue crise politique, à laquelle s’ajoutent une crise économique sans précédent depuis plusieurs générations et le vaste scandale de corruption autour de la compagnie pétrolière publique Petrobras.

« Nous tournons aujourd’hui une page importante de l’histoire de notre pays. Le Brésil s’est donné une nouvelle chance de se tourner vers l’avenir, de construire un programme de réformes à la hauteur de la crise économique », s’est félicité Aecio Neves, chef de file du Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB) et adversaire malheureux de Dilma Rousseff à la présidentielle de 2014.

La suite à lire sur: http://canalisations-marie.blogspot.fr/2016/09/0709-scenes-de-guerre-au-bresil-suite.html

Advertisements

Une réflexion au sujet de «  SCÈNES DE GUERRE AU BRÉSIL  SUITE À LA DESTITUTION DE DILMA ROUSSEFF.  »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s