Séisme à la Maison Blanche  

JF GRILHAULT DES FONTAINES·SAMEDI 10 SEPTEMBRE 2016

La Chambre adopte à l’unanimité le projet de loi pour permettre des poursuites contre l’Arabie Saoudite

La Chambre a adopté vendredi une loi permettant aux familles des victimes de 9/11 de poursuivre l’Arabie saoudite dans les tribunaux américains, quelques jours avant le 15e anniversaire des attaques terroristes.
La loi a été adoptée à l’unanimité par un vote de la voix, sous un tonnerre d’applaudissements.
Le projet de loi, qui a été adoptée à l’unanimité au Sénat en mai dernier, se dirige maintenant vers le bureau du président Obama, où son avenir est incertain.
La Maison Blanche a laissé entendre fermement qu’elle opposerait son veto à la mesure. Obama a fait pression farouchement contre elle, en faisant valoir qu’elle pallait à la fois tendre les relations avec l’Arabie saoudite et conduire à une législation de rétorsion à l’étranger contre des citoyens américains.
Mais la suspicion persistante sur le rôle de l’Arabie Saoudite dans les attaques de 9/11 et de la pression des familles des victimes a fait du projet de loi une proposition populaire bipartisane auprès du Congrès américain.
La popularité du projet de loi met le président dans une position délicate. Les partisans espèrent qu’Obama se garder de miner le capital politique dont il a désespérément besoin durant cette fin de mandat.
Le président espère plutôt que les législateurs passent l’accord commercial Trans-Pacific Partnership (TPP) ainsi qu’une une mesure de réforme de la justice pénale et qu’ils confirment le candidat Merrick Garland à la Cour suprême.
Si Obama choisit de bloquer la justice contre les commanditaires d’actes de terrorisme, les partisans pensent qu’ils ont la majorité des deux tiers nécessaire pour passer outre – une première au cours de sa présidence.
“ Je pense que nous obtiendrons facilement la majorité des deux tiers si le président oppose son veto, ”
disait le sénateur Charles Schumer (D-N.Y..) qui a présenté le projet de loi au Sénat, quand le projet de loi a été déposé au Sénat au printemps.
Mais beaucoup au Congrès ne croient pas que le veto est chose faite. La Maison Blanche n’a pas émis de position officielle sur le projet de loi et les porte-parole ont été prudents dans leur propos, cessant d’avancer la menace ferme du veto.
“ Nous avons des préoccupations sérieuses avec le projet de loi tel qu’il est écrit,” a déclaré un fonctionnaire de la Maison Blanche mercredi. “ Nous croyons qu’il doit y avoir un examen plus approfondi des éventuelles conséquences imprévues de son adoption avant que la Chambre n’adopte la législation”, a déclaré le fonctionnaire. “ Nous serions heureux d’approfondir la discussion avec le Congrès. ”
Le président a 10 jours pour soit signer soit rejeter le projet de loi avant qu’il ne devienne effectif. Les partisans de la loi la considèrent comme un impératif moral.
“ Les victimes de 9-11 et des autres attaques terroristes sur le sol américain ont enduré beaucoup de douleur et de chagrin, et ne devraient pas être désavouées par la justice, ” a déclaré Schumer dans un communiqué mercredi.
Selon la loi actuelle des Etats-Unis, les victimes peuvent poursuivre un pays désigné comme un Etat parrain du terrorisme, tel que l’Iran. Le projet de loi permettrait aux citoyens de poursuivre les pays sans cette considération – comme l’Arabie Saoudite. Quinze des 19 pirates de l’air sur 9/11 provenaient de l’Arabie Saoudite. Les critiques ont longtemps soupçonné que le gouvernement du royaume a pu directement ou indirectement appuyé les attaques.
En juillet dernier, le Congrès a rendu public 28 pages jusqu’alors secrètes détaillant les liens saoudiens suspects avec les pirates de l’air du 11 Septembre, mais le rapport n’a pas fourni de preuve fumante. Les leaders parlementaires du Comité du renseignement ont prévenu que cela étaient des résultats préliminaires.
Le rapport de la Commission du 11 Septembre, indique que ni le gouvernement saoudien « comme institution », ni ses hauts fonctionnaires n’ont financé les attaquants.
Les responsables saoudiens ont pendant des années niés que leur gouvernement avait un rôle lié aux attaques, et le gouvernement saoudien a mené une campagne silencieuse à Washington pour mettre fin au projet de loi.
Malgré sa popularité auprès du Congrès, certains conseillers de la sécurité nationale de premier plan ont également mis au pilori le projet de loi.
L’ancien Ambassadeur aux Nations Unies John Bolton et l’ex-procureur général Michael Mukasey, qui ont tous deux servi sous l’ancien président George W. Bush, ont averti cette semaine que la législation « est beaucoup plus susceptible de nuire aux États-Unis que de faire justice contre tout sponsor du terrorisme ».
Traduction – Source : The Hill du 10/11/2016

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s