TRAFIC DE MIGRANTS. IL FAUT ARRÊTER LES PASSEURS.

 

Arrêter le mal à la racine a toujours été le seul remède. Mais qui va s’en occuper parmi nos gouvernements corrompus à qui les guerres et le désordre rapportent ? Que fait notre gouvernement ? Il est trop occupé aux élections, le seul but qui les intéresse. La France, ne les intéresse pas, seuls les votes des esclaves qui y cohabitent avec de plus en plus de difficulté.

Pourquoi des migrants préfèrent-ils Londres au droit d’asile en France ?

 

ALEXIS CONSTANT – 21/09/2015 (Journal « La Voix du Nord)

La campagne pour inciter les migrants du Dunkerquois à demander l’asile et obtenir ainsi le statut de réfugiés a débuté. Le sous-préfet s’est rendu ce mardi dans la « jungle » de Téteghem pour se rendre compte par lui-même de l’état d’esprit des migrants. Saisiront-ils cette main tendue de la France ? Ce n’est pas gagné…

Les agents de l’Ofii (Office français de l’immigration et de l’intégration) ont débuté leur campagne, ce mardi matin, par Grande-Synthe.

Il s’agit d’informer les migrants sur leurs possibilités de rester en France en les incitant à demander l’asile. « On a eu beaucoup de difficultés. Les passeurs surveillent tout, ne nous laissent pas travailler. Ils font pression sur les migrants. On a bien senti que la peur règne », confie un agent. Bref, l’expérience n’a pas été convaincante.

Dans la foulée l’Ofii s’est attaqué à la « jungle » de Téteghem, en présence du sous-préfet de Dunkerque, Henri Jean. L’essai n’a guère été plus concluant.

Nous demandons à une jeune femme syrienne qui porte son enfant de 4 ans si elle veut rester en France ou rejoindre l’Angleterre. La réponse est sans appel : « London ». Les agents de l’Ofii lui expliquent que si elle formule une demande d’asile, elle aura de fortes chances de l’obtenir rapidement. Elle pourra bénéficier dans l’attente de son statut de réfugiée, d’un toit, de prestations sociales, d’une couverture maladie. Elle ne semble toujours pas convaincue.

Les passeurs sur le dos des agents de l’Ofii

Comme à Grande-Synthe, très vite, les passeurs ont repris le camp en main, face aux agents de l’Ofii. « L’un d’eux m’a suivi partout. Il est devenu agressif. Ils ne veulent pas qu’on parle aux migrants. Je discutais avec un étranger qui semblait intéressé par une demande d’asile. Un passeur l’a tout de suite menacé, il n’a plus parlé. De toute façon, dès qu’on quitte le camp, les passeurs cassent notre discours, menacent les personnes éventuellement candidates à l’asile. Il y a des risques de représailles », détaille un agent de l’Ofii qui ajoute : « Ici, on ne se sent pas en sécurité ».

La suite sur: http://canalisations-marie.blogspot.fr/2016/09/1209-trafic-de-migrants.html

Une réflexion au sujet de « TRAFIC DE MIGRANTS. IL FAUT ARRÊTER LES PASSEURS. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s