MANIFESTATION DE POLICIERS. LES SIRÈNES DE LA COLÈRE.

 
« Le devoir de la police n’est pas de vous protéger. Son travail consiste à protéger la Société des États-unis SA et d’arrêter ceux qui enfreignent les codes. »

Dans cet article récent.
http://mediaverite.blogspot.fr/2016/10/2810-40-faits-scandaleux-du-reamorcage.html
Mais il en est de même pour la France.

François Hollande et Bernard Cazeneuve ont rencontré mercredi soir les syndicats de la police.

Ouest France – Michel Urvoy
En décembre 2001, des milliers de gendarmes manifestaient pour réclamer à Lionel Jospin, alors Premier ministre, de meilleurs salaires et plus d’effectifs. Nous étions à cinq mois de la présidentielle.
Entre 2008 et 2012, les forces de l’ordre n’ont pas bronché, alors que la droite supprimait 10 000 postes, en solde net.
En octobre 2016, des milliers de policiers défilent, de nuit surtout, contre un gouvernement, de gauche, qui en a pourtant rétabli à peu près autant, et a revalorisé les salaires. Nous sommes à six mois de la présidentielle.
Il y a, à l’évidence, une dimension politique, un accélérateur électoral, à ce long conflit. Explication d’autant plus plausible que ce secteur de la fonction publique, selon une enquête de Sciences Po (1), vote à plus de 51 % pour le Front national.
Attention, cependant, à ne pas confondre la cause et l’effet : ce chiffre n’est pas la preuve d’une manipulation, même si la droite est très prompte à soutenir les forces de l’ordre. Il serait plutôt le résultat d’un état d’esprit chez des femmes, et surtout des hommes, minés par la confrontation, quotidienne et dangereuse, avec une réalité dégradée.
Ce n’est jamais un bon signe que les bras armés de l’État dirigent leur colère contre… l’État. Bernard Cazeneuve, Jean-Jacques Urvoas et François Hollande le savent bien, en témoigne l’importance de leur engagement à revoir le poids des tâches secondaires, à débloquer 250 millions pour remplacer des équipements obsolètes, à financer des moyens de protection. Et même à examiner la question taboue de la légitime défense.

Amertume et impunité
On a tout dit des congés en retard, de l’état d’urgence, des manifestations à encadrer… C’est bien pour y répondre que les effectifs sont revus à la hausse, forcément avec un effet retard, malgré la contrainte budgétaire.
Mais il est troublant que, dans un secteur aussi syndicalisé que la police, la revendication s’exprime en dehors des syndicats. Ce mouvement participe ainsi d’une forme de contestation des structures établies, une sorte de « nuit debout », comme d’autres invoquent la démocratie directe pour contourner des organisations jugées à côté des vraies préoccupations.
Il est intéressant aussi de noter que leurs inquiétudes, face à des formes de violences sans limites, où l’intention de tuer, comme à Viry-Châtillon, devient manifeste, rejoignent celles d’autres corps qui se sentent lâchés par l’État.

La suite à lire sur: http://canalisations-marie.blogspot.fr/2016/10/2810-manifestation-de-policiers.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s