La vérité sur les caries dentaires

vendredi 25 novembre 2016

Encore une très intéressante information sur les caries dentaires selon la médecine « hamérienne », via la newsletter d’Yves Rasir du magazine Néosanté.

(C’est moi qui ai mis en gras certains passages du texte.)

La vérité sur les caries dentaires

La semaine dernière, ma fille cadette de 15 ans passait une visite de contrôle chez sa dentiste. Rien à signaler, pas l’ombre d’une carie à l’horizon. Moi, à son âge, j’avais déjà les molaires en gruyère. D’un côté, ça ne m’a guère étonné car ses deux sœurs aînées sont également dotées d’une excellente santé dentaire. Mais d’un autre côté, ça m’a épaté car la troisième n’a pas du tout les mêmes habitudes alimentaires que les deux premières. Elle ne mange aucun légume, très peu de fruits, engouffre des tonnes de bonbons et engloutit des hectolitres de boissons sucrées. Cette ado sait qu’elle ne doit pas me demander des sous pour un Mac Do mais elle profite allègrement de ma tolérance éducative pour s’alimenter n’importe comment. Outre les sucreries, elle se nourrit abondamment de pain, pâtes, crêpes, gaufres, chips, pizzas et autres dürüms. Bref, un régime très éloigné du modèle paléo ! Si elle n’était pas en même temps une grande sportive, je ne pense pas que l’origine essentiellement bio de ses menus pourrait compenser leur pauvreté nutritionnelle. Selon Weston.A.Price, pareille malbouffe devrait faire le lit de multiples caries.
Pour info ou pour rappel, Weston Andrew Price (1870-1948) est ce stomatologue canadien qui a émis la théorie selon laquelle la nutrition moderne serait éminemment cariogène. Il a parcouru le monde pour étudier les dentures de peuplades primitives et il a constaté que les générations les plus anciennes, qui n’avaient pas accès aux produits modernes (farines raffinées, boites de conserve, confiseries, etc) avaient des dents parfaitement droites et ne présentaient presque jamais de caries. Il constata également que le fait d’introduire « la nourriture de l’homme blanc » dans ces populations générait rapidement le rétrécissement de la mâchoire et la dégradation de la dentition. Son œuvre majeure, illustrée de photos comparatives impressionnantes, a été publiée en 1939 sous le titre « Nutrition and physical degeneration ». Peu connus en Europe, les travaux de Price ne sont pas passés inaperçus aux Etats-Unis, où une fondation continue à propager ses idées. De nombreux dentistes s’en inspirent pour préconiser un régime alimentaire excluant les aliments raffinés et favorisant une reminéralisation de l’organisme. Selon cette théorie, en effet, la détérioration dentaire serait principalement due au raffinage du sucre et des céréales, procédé qui appauvrit les aliments en minéraux et oligo-éléments.
Pour la dentisterie classique, l’explication du phénomène carieux est sensiblement différente : un déficit en un seul minéral, le fluor, se conjuguerait avec l’action délétère des sucreries pour installer la plaque dentaire. Composé de sucres et de bactéries, cet enduit collant et incolore serait la cause principale des caries et des maladies des gencives. Comme ce biofilm peut se calcifier et se transformer en tartre, il est recommandé de l’éliminer quotidiennement et de procéder régulièrement à un détartrage. Selon cette vision orthodoxe, l’ennemie à combattre est en dernier ressort la bactérie puisque celle-ci participe en apparence au « forage » de l’émail et de la dentine. Le succès actuel des bains de bouche repose précisément sur leur puissance antibactérienne alléguée. À la télé, l’autre jour, j’ai vu une publicité vantant la capacité d’une marque à éliminer 97 % de la flore buccale ! Quant aux brosses et aux dentifrices, leur mission antibiotique indirecte consiste à combattre la plaque dentaire et donc à détruire ce nid à bactéries. La théorie pasteurienne du germe coupable règne sans partage chez les dentistes, si ce n’est que certains préfèrent attaquer l’accusé avec des produits naturels comme les huiles essentielles. Les plus engagés sur la voie holistique intègrent la notion de terrain chère à Weston Price et recommandent à la fois l’hygiène alimentaire et l’hygiène dentaire pour prévenir la formation de caries. Et si tout ce beau monde faisait erreur ?
Ces deux théories matérialistes ne peuvent suffire à éclairer le processus carieux. D’autant qu’elles se contredisent entre elles ! Weston A. Price a observé que les peuples premiers arboraient une dentition parfaite malgré l’absence totale d’hygiène « à l’occidentale ». C’est donc l’indice que la santé des dents ne repose pas sur leur nettoyage obsessionnel. Personnellement, je connais un médecin qui ne s’est jamais lavé les dents et qui a fait sa première carie à 48 ans ! J’ai aussi un ami originaire d’une région très pauvre en Italie et qui n’a découvert le dentifrice qu’en arrivant en Belgique : il n’en a jamais acheté et n’en a pourtant jamais souffert. À l’âge de 70 ans passés, ses 32 dents sont encore intactes ! Quant à l’hypothèse alimentaire, elle se heurte à une réalité « diététiquement incorrecte », à savoir que la génération junk-food n’est pas plus cariée que la précédente. N’en déplaise à Mister Price et à ses héritiers, ma fille et la plupart des filles de son âge ne jurent que par le pain blanc, le riz blanc ou le sucre blanc. Si elles étaient vraiment minées par cette alimentation raffinée, le rituel de brossage avec des pâtes fluorées ne pourrait contrebalancer les carences et leurs sourires seraient ravagés. Puisque ce n’est pas le cas, il tombe sous le sens que les véritables causes de la carie se situent ailleurs. Où ? Dans le vécu psycho-émotionnel, pardi !
La grande erreur de Weston. A Price, c’est d’avoir focalisé se recherches sur l’alimentation et sur le passage de la nourriture traditionnelle à la nourriture industrielle. Or, ce changement n’est qu’une facette d’un profond bouleversement, celui de la colonisation et de l’asservissement à l’envahisseur. Par exemple, les indigènes brésiliens pouvaient manger du suc de canne à sucre tant qu’ils voulaient. C’est lorsqu’ils sont devenus esclaves dans les plantations que leur santé dentaire a soudainement empiré. Plus que la farine blanche, l’homme blanc a imposé sa domination aliénante. Inversement, en Occident, l’émancipation sociale apportée par le progrès économique a pu jouer un rôle positif pour la santé dentaire : quoi qu’en disent les pourfendeurs de l’alimentation moderne, il y a quand même moins de vieillards édentés qu’autrefois. Grâce à Colgate et Oral-B ? Que nenni ! On nous bourre le crâne depuis des décennies avec la théorie microbienne, mais celle-ci est démentie par la réalité clinique : il arrive que des caries se développent là où il n’y a pas de plaque dentaire, par exemple sur la pointe des canines. À cet endroit, il n’y a pas non plus de débris alimentaires résiduels, pas de contact interdentaire serré, bref aucun des arguments classiques qui puissent « justifier » une carie. Autre mystère que la dentisterie officielle est bien en peine d’expliquer : la pathologie carieuse symétrique, à savoir l’apparition de caries exactement au même endroit à gauche et à droite, sur les dents qui se font face. Sans oublier le constat fréquent que de gros consommateurs de sucre conservent pourtant une dentition impeccable. Dans un article publié naguère dans Néosanté, le Dr Christian Beyer confiait que « toutes ces manifestations saugrenues de la carie » l’avait conduit, par probité scientifique, à « déclarer inexacte la loi bactérienne sur la carie ». Je vous invite à (re)lire ce texte courageux et lucide en cliquant ici.
En définitive, seule l’approche psychosomatique permet de comprendre la carie. Celle-ci est la somatisation d’un conflit intense de dévalorisation. Pour la médecine nouvelle du Dr Hamer, ce conflit est relié à un ressenti où l’individu est dans l’impossibilité de donner libre cours à son agressivité. Puisque qu’il ne peut pas « mordre » au sens réel et figuré, la solution biologique du cerveau inconscient consiste à creuser la dent et à la rendre inefficace pour la morsure. Pour d’autres acteurs du décodage, la dent ne sert pas seulement à mordre mais également à attraper la nourriture et à broyer les aliments, donc sa souffrance pourrait exprimer une impuissance à satisfaire ses besoins matériels ou ceux de son clan. Pour d’autres encore, dont le Dr Beyer, la dentition participe d’une « adaptation verbale » et serait le siège de ressentis relationnels, voire d’ordre spirituel. Le point commun de ces différentes lectures, c’est qu’il n’y aurait pas de carie sans un profond sentiment d’être dévalorisé. Bien sûr, chaque dent est différente et raconte une histoire différente. Chaque carie reflète même une tonalité conflictuelle particulière en fonction de la partie touchée. C’est pourquoi les ouvrages de décodage dentaire (voir notre médiathèque Néosanté) sont-ils extrêmement fouillés.
Pour en revenir à ma fille, je ne pense donc pas du tout que sa bonne hygiène soit le motif majeur de sa belle santé dentaire. Si elle n’a toujours pas fait de caries, c’est plutôt parce qu’elle est bien dans sa peau et qu’elle n’a pas de raison de se dévaloriser. Bonne élève et sportive accomplie, elle jouit de surcroit d’un contexte familial où ses talents et son tempérament sont appréciés à leur juste valeur. Elle a des tas d’amies qui lui renvoient également une image d’elle-même valorisante. Bref, je la crois bien partie pour échapper à la fraiseuse et ne pas faire la fortune de la dentiste ! Pour autant, je ne la décourage pas de se brosser les dents matin et soir. Comme dit le Dr Beyer, cette habitude est positive dans la mesure où on l’accomplit par amour de soi et non par hantise de la carie. Et comme il l’écrit joliment à la fin de son article, « se brosser les dents, c’est comme offrir de l’air frais pour l’esprit et une caresse pour le cœur » : ne sous-estimons pas non plus l’impact psycho-émotionnel de cet auto-massage rafraîchissant ! Enfin, je continue à mettre ma fille en garde contre ses mœurs alimentaires. Qu’ils soient lents ou rapides, les sucres ne sont pas les amis des quenottes. Et quand les dentistes « Westonpriciens » prétendent prévenir et même guérir les caries par l’application d’un régime de type paléolithique, je veux bien les croire. Ce qui importe, c’est de prendre conscience que tous les maux de dents sont préalablement des « maux dedans ». Et que les caries sont d’abord des blessures de l’âme avant de creuser leurs galeries.

par Hélios Libellés : Néosanté, santé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s