« Tu vas la sentir ma saucisse… Je suis un vieux con, et j’espère que vous aussi !!… » L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Ma chère et tendre épouse rentre hier soir d’une dure journée de labeur (elle ne travaille pas à l’usine non plus) et se jette sur moi (ce que j’accueille toujours favorablement par principe), mais ma joie fut de courte durée…

« Mon chéri, as-tu entendu parler du film « Sausage Party » ? »… qui pourrait se traduire par une élégante « Fête à la saucisse » en français.

Ce film est interdit au moins de douze ans, ce qui veut dire, si j’ai bien compris, qu’il est autorisé aux plus de 12 ans : cela devrait donc commencer à partir de 13 ans… C’est jeune 13 ans, mais comme je suis un vieux con, je ne me rends sans doute pas compte qu’à 13 ans, on peut voir des films que même des adultes de mon âge trouvent profondément agaçants… Et non, je ne suis ni coincé ni « prude » ! En revanche, je revendique le droit à conserver une forme d’innocence et encore plus évidemment pour nos enfants.

Comme vous pouvez le voir sur l’affiche du film presque mignonne, on s’attend à un dessin-animé avec des saucisses qui se parlent entre elles dans le frigo avant de se faire assaisonner de « képcheup » (comme le prononce mon petit dernier) qui pourrait être fort drôle… En fait, pas du tout, c’est juste un film X et LGBT qui promeut des sexualités que nous qualifieront « d’adultes » (mais pas de tous les adultes non plus), histoire de rester dans les clous du politiquement correct afin de ne pas être crucifié tout de suite par la police de la pensée.

Alors comme tous les grands discours valent moins qu’une bonne vidéo, je vous propose de visionner la plus belles des scènes de ce « film » et de juger par vous-même.

Pour voir la vidéo rendez-vous directement sur le site (elle ne peut pas être envoyée par mail)

Cela va sans dire mais nettement mieux en le disant, ne regardez surtout pas ce machin immonde et abject s’il y a des enfants qui traînent autour de vous et même s’ils ont plus de 12 ans !!

Alors qu’en pensent tous les bobos bien-pensants dégoulinant de « môôôôdernité » ?

Pour Le Journal du Dimanche accrochez-vous : « Une idée jaillit à chaque plan dans ce récit hilarant, trash et référencé qui passe à la moulinette de la dérision des sujets comme l’obésité, la drogue, l’antisémitisme, le conflit israélo-palestinien, le terrorisme. Jusqu’au feu d’artifice final sidérant »…

En fait, vous et moi, nous n’avons sans doute pas compris l’art subtil de l’éducation sexuelle de nos pré-ados… On est vraiment des abrutis ! Heureusement, le JDD veille à nous expliquer comment bien penser.

Pour Le Nouvel Observateur : « On a rarement été aussi loin dans le délire bouffon (sauf dans la magnifique comédie musicale sur les cafards, « Joe’s Apartment », 1996), et, bon sang, c’est marrant comme tout. La parodie d’ »Il faut sauver le soldat Ryan » est, à elle seule, hilarante. Si Mel Brooks fumait des pétards, il aurait pu signer ça. On adore »… Même en me forçant, j’ai du mal à aimer, alors de là à adorer… Mais je suis sans doute comme vous un crétin passéiste qui cherche à « retrouver une France définitivement perdue et partie à tout jamais »…

Pour L’Express, qui aux dernières nouvelles était un magazine autorisé à la vente : « Ce film d’animation est d’une inconvenance salvatrice et libératoire »… Je suppose que le journaliste voulait plus dire « éjaculatoire » que « libératoire », bien que l’un et l’autre soit sans doute lié… Effectivement, après avoir visionné cette vidéo, je suppose que vous trouverez ça très salvateur pour vos enfants de 13 ans… C’est sans doute le terme approprié.

Pour L’Huma, qui ne peut sortir que parce que les subventions pleuvent :  » Un festival d’absurdités où une saucisse s’évade et tente de sauver sa peau, suivant un parcours du combattant qui louvoie entre drogue et partouze (alimentaire !). Une bonne claque aux réacs américains dopés par le succès du gros blond. »

En gros, mes amis, si vous n’avez pas aimé, adoré et apprécié c’est que vous êtes un « pauv’con de réac américain dopé par le succès du gros blond »… Vous savez, le gros blond, c’est Trump, le gros blond gros lourd pour L’Huma, Libé et les autres… C’est vrai qu’après avoir vu ce film, tout de suite, je trouve qu’il est d’une immense finesse, pas comme Trump hahahahaha !

Puis je réserve une place particulière pour l’avis éclairé et lumineux de nos passeurs de vérité, des « sachants » ultimes capables de nous faire penser comme il se doit la modernité que l’on veut vous imposer. Je pense à nos amis de Télérama, l’incarnation progressiste : « Écrite et interprétée avec une joie communicative par les sales gosses de l’écurie Apatow (Seth Rogen, Jonah Hill, Evan Goldberg, ­Michael Cera), la comédie s’achève en énorme partouze et prouve qu’avec imagination et talent les pires produits industriels peuvent frôler la métaphysique »… C’est vrai que cette scène de partouze géante où toutes les sexualités se mélangent dans tout ce qu’il y a de plus brutal et bestial (il n’y a plus d’amour là-dedans), autorisée je le rappelle aux enfants de 13 ans, on frôle le « métaphysique ».

Mais chez Télérama, ils sont beaucoup trop forts pour moi, moi je suis un vieux con, je ne peux pas comprendre des choses aussi môôôdernes et complexes, que dis-je, « métaphysiques » !

Alors pourquoi vous parler de ça aujourd’hui ?

Tout simplement parce que j’ai découvert ce film hier sur les bons conseils de ma femme qui était tellement choquée que l’on puisse non pas faire ce genre de film – le genre X est une immense industrie, nous ne sommes pas naïfs –, mais que l’on puisse laisser ce genre de film diffuser à des gamins de 13 ans cela en dit très long sur les grands malades qui nous dirigent et sur ce qu’ils veulent faire de notre jeunesse.

Car nous sommes bien face à une entreprise monumentale de destruction et de déstructuration de nos enfants. C’est insidieux et pourtant c’est violent, très violent en réalité.

Les écrans au sens large, qu’il s’agisse de la télé, des tablettes ou des jeux vidéo, entre violence et crime, sans oublier la débilité de certains programmes, occupent le temps de cerveau disponible de nos enfants en les lobotomisant et en excitant en eux ce qu’il y a de moins bon pour favoriser les instincts et pas la réflexion. La société, qui dans son ensemble rend possible par la lâcheté ou la trahison des adultes un endoctrinement jamais atteint au raffinement subtil, vise à faire des enfants des consommateurs crétins dépourvus d’intelligence et d’esprit critique.

Des consommateurs d’objets, de drogue et de sexe… Voilà de quoi assurer le contrôle social des masses et l’enrichissement du totalitarisme marchand.

Encore une fois, nos enfants méritent mieux.

Encore une fois, en tant qu’adultes, nous leur devons amour et protection. Protection de leur innocence, de leur naïveté.

Il faut du temps pour faire un homme. Du temps pour faire un citoyen. Quant à la sexualité, il est de bon sens de laisser à chacune et à chacun la liberté de vivre la sexualité souhaitée, celle pour laquelle chacun est prêt à son niveau. La sexualité est un processus différent pour chacun.

La véritable intolérance n’est pas de vouloir interdire logiquement ce genre de film merdique aux moins de 18 ans, la véritable intolérance consiste à vouloir imposer cela à tous. Cette volonté d’imposer les sexualités et qui devient tout simplement insupportable au plus grand nombre est LA violence faite sous prétexte de modernité à l’ensemble de la population.

Si c’est encore gérable lorsque cela touche les adultes, nous devons évidemment lutter contre ces tentatives lorsqu’elles touchent aux enfants.

Il n’y a pas à dire, je suis un vieux con, et très fier de l’être !

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s