Confusion spirituelle : Les dangers du New Age

Le New Age est une vaste nébuleuse où croyances et fantaisies de toutes sortes rivalisent dans l’affirmation de la vérité, mêlant religiosité, spiritualité, ésotérisme, astrologie, musique, physique quantique, extraterrestres, etc.. Le New Age est supposé enseigner LA vérité spirituelle qui professe la croyance que l’homme doit se recentrer sur lui-même et qu’il est son propre Dieu. Attention danger !

Avant-Propos

Il ne faut pas rejeter en bloc tout ce que dit le New Age et penser que tous les adeptes sont des trompeurs, des gens mal intentionnés, des visages de Satan, le Diable, etc. En toute chose il faut faire preuve de discernement et tenter de séparer le bon grain de l’ivraie. Tous les adeptes du New Age ne sont pas des ″charlatans″ mais parmi eux il y a de grands manipulateurs, comme dans tous les domaines, et c’est précisément de ceux-là dont nous allons parler dans cet article.

Ce qu’il faut comprendre

Le Nouvel Ordre Mondial est sur nous et il n’y a aucune roche assez grande pour se cacher en attendant qu’il se en aille. Il est là pour rester et introduire la croyance New Age qui conduit à la tromperie des temps prophétisés qui cherche à abuser l’humanité.

La religion et le gouvernement unique unifiés

Le New Age ou ″New Age Mouvement″ (NAM) et le ″Nouvel Ordre Mondial″ (NOM) sont synonymes. Ils travaillent si étroitement ensemble qu’il n’y a aucune différence entre eux.

Lorsque le Nouvel Ordre Mondial aura vaincu et conquis le domaine politique pour établir un gouvernement mondial, le New Age en aura fait de même avec la religion.

Le New Age est supposé enseigner LA vérité, une vérité qui vous parle, qui vous touche, qui interpelle votre sensibilité, au plus profond de votre être, et qui remet en question l’humanité toute entière. Voguant entre panthéisme et philosophies orientales, des guides spirituels invisibles sont chargés de guider l’être humain dans cette voie, qui prennent tour à tour le nom de ″Grands Initiés″, de ″Supérieurs Inconnus″, de ″Maîtres Invisibles″ ou ″de Sagesse″, de ″Maîtres Ascensionnés″. Nous y reviendrons plus tard.

Les origines du New Age

Le New Age est une idéologie qui est apparue à la fin du 19ème siècle. L’impulsion vint essentiellement d’Helena Blavatsky, fondatrice de la Société Théosophique , une organisation franc-maçonnique qui devint la matrice idéologique dont sont issus de très nombreux mouvements spirituels. Des mouvements spirituels qui ont des conceptions ésotériques, d’inspiration religieuse ou même mystique, se réclamant d’une tradition occidentale, dont la base est toujours, sous une forme ou sous une autre, le Christianisme.
Le New Age se présente, faussement d’ailleurs, comme ayant une origine orientale, et, si l’on a jugé bon d’y joindre depuis un certain temps un pseudo-christianisme, il n’en est pas moins vrai que leur tendance primitive était, au contraire, franchement antichrétienne.

″Notre but, disait alors Mme Blavatsky, n’est pas de restaurer l’Hindouïsme, mais de balayer le Christianisme de la surface de la terre″.

A ses débuts, le mouvement Théosophique fut inspiré par de mystérieux ″Maîtres de Sagesse″ dont le chef se faisait appeler ″Maitreya″ et non plus Christ, bien qu’apparemment le New Age confonde leur identité, d’après le nom que les bouddhistes accordent au ″Bouddha du futur″. Cela donna naissance au mythe des ″Maîtres de la Grande Loge Blanche″ 1), qui devint la référence des cercles spiritualistes.

Entre Metraya-Christ ou Bouddha-Metraya, entre Christianisme ou Indouisme, le New Age sème la confusion dans l’esprit des croyants, et même dans celui des athées.

1) Depuis des temps immémoriaux, c’est-à-dire depuis la venue des antiques et célestes ″Porteurs de Lumière″, un Ordre veille et aide à la transcendance du genre humain. Cette Confrérie, composée d’Etres Supérieurs et de Maîtres (n’appartenant plus à la gent terrestre) s’attache concrètement à véhiculer, selon le degré de compréhension de ceux qu’elle touche, les Règles fondamentales (ou supérieures) régissant le Macrocosme et le Microcosme. L’Objectif étant, grâce à cet apport de Connaissance, d’accroître le degré d’éveil et donc, en similarité, de faire évoluer les consciences…

Des rencontres mystiques

Helena Blavatsky prétendait avoir rencontré ces personnages mystérieux, quasi immortels, aux confins de l’Inde et de l’Himalaya. Ils l’auraient chargée de diffuser leurs connaissances en Occident, afin de faire barrage au matérialisme.

Selon Blavatsky, il s’agissait d’une rencontre avec des êtres réels et non d’un contact télépathique. Ces initiés n’avaient pas l’intention de se faire connaître publiquement, ni de créer une religion autour de leur image.
Aussi, lorsqu’une idolâtrie se manifesta autour d’eux, ils coupèrent le contact. C’est après le retrait de ces instructeurs, que des ″entités astrales″ auraient usurpé leur identité en trompant les médiums qui s’imaginèrent avoir été contactés par de soi-disant ″maîtres ascensionnés″.
Parmi les ″Maîtres ascensionnés″ du New Age on retrouve le Christ, certains prophètes, des extraterrestres à l’image d’Ashtar Sheran, et même la ″Vierge-Marie″…
Les premiers instructeurs de Blavatsky désiraient remettre en circulation des connaissances oubliées afin de compenser les dégâts de la religion décadente autant que de la science matérialiste.
L’Ouroboros, symbole qui entoure la totalité du monde existant, qui exprime naturellement le cycle du temps et de l’éternité.
A la base ce sont des intentions plutôt louables, quand on sait que beaucoup de connaissances à propos des origines de l’homme ont été occultées, et que la religion a fini par se pervertir dans les âges. C’est le symbole même du serpent qui se mord la queue, qui fait naître des croyances et qui les contredit aussi tôt, pour mieux semer la confusion et le trouble parmi les hommes.

La doctrine Antichrist du New Age

Helena Blavatsky diffusa ces enseignements qui furent rassemblés dans les six volumes de la Doctrine Secrète. Après sa mort, Blavatsky aurait chargé le ″clairvoyant″ Rudolf Steiner de révéler qu’elle s’était désolidarisée de cette Loge Orientale qui l’avait exploitée en raison de ses pouvoirs psychiques exceptionnels.
Steiner communiqua le message suivant : ″Madame Blavatsky, actuellement désincarnée, me prie de vous dire qu’elle a été trompée par les maîtres de ″La loge Orientale″.
Il est facile de faire parler les morts, mais quoi qu’il en soit, Steiner rompit avec la Société Théosophique dont il était le secrétaire général en Allemagne.

Alors qu’ils étaient aux premières ″loges″, ni Blavatsky et encore moins Steiner n’ont parlé d’un possible retour du Christ ou de la venue du Maitreya. Quant aux initiateurs de Blavatsky – les mystérieux Maîtres – ils n’ont jamais annoncé un retour du Christ sur la Terre.

La théorie sur la seconde venue du Christ est une interprétation des passages du Nouveau Testament, pris à la lettre, dans le but de sanctifier la politique du Nouvel Ordre Mondial.

Il apparaît donc que les enseignements théosophiques originaux – qui ne parlent ni de la seconde venue du Christ, ni d’un âge d’or pour les temps présents – doivent être dissociés des croyances apparues ultérieurement dans les cercles du New Age.

″Le retour du Christ″

C’est après la mort de Madame Blavatsky, lorsque Charles Leadbeater et Annie Besant prirent le contrôle de la Société Théosophique, que l’idée d’un retour du Christ se répandit avec succès. Leadbeater, un occultiste chevronné, travaillait pour le compte des loges anglo-saxonnes qui cherchaient une caution religieuse pour établir leur nouvel ordre mondial.

Quoi de plus populaire que d’annoncer le retour du Christ ? Quoi de plus séduisant que de prédire un âge d’or en créant ainsi une émulation permettant d’instaurer ensuite le Nouvel Ordre Mondial ?

Annie Besant fut l’une des fondatrices en 1893 de l’ordre maçonnique The Order of Universal Co-Freemasonry, lié à l’Ordre maçonnique mixte international ″le Droit humain de Maria Deraismes.
Ce fut d’ailleurs en uniforme de maçon qu’elle participa à la manifestation des femmes suffragistes au moment des cérémonies de couronnement de George V le 17 juin 1911.
Vers 1920, les Théosophes projetèrent de passer à l’acte en faisant endosser le rôle de messie planétaire à Krishnamurti, un jeune brahmane du sud de l’Inde, éduqué dans cette perspective en raison de sa pureté. Mais parvenu à l’âge adulte, Krishnamurti rejeta cette ″mission divine″, en la dénonçant comme une entreprise politique opportuniste.
Jusqu’à son dernier souffle dans les années 80, il mit en garde contre toute référence aux ″maîtres″, autant qu’aux illusions psychiques dont la quête spirituelle est truffée.

Krishnamurti, celui qui devait devenir ″l’Instructeur du Monde″.

En 1911, une nouvelle organisation appelée l’Ordre de l’Étoile d’Orient fut établie par la direction Théosophique afin de préparer le monde à la ″venue″ annoncée. ″Krishna″ fut nommé à sa tête, avec des Théosophes aînés à diverses positions. L’adhésion était ouverte à quiconque acceptait la doctrine de la venue de l’ ″Instructeur du monde″. La polémique éclata peu après, à la fois à l’intérieur de la Société Théosophique et en dehors, dans les cercles Hindous et la presse indienne.
Très vite Krishnamurti apparut comme un penseur de grande envergure, intransigeant et inclassable, dont les causeries et les écrits ne relevaient d’aucune religion spécifique, n’appartenaient ni à l’Orient ni à l’Occident, mais s’adressaient au monde entier. Répudiant avec fermeté cette image messianique, il prononça à grand fracas en 1929 la dissolution de la vaste organisation nantie qui s’était constituée autour de sa personne ; il déclara alors que la vérité était ″un pays sans chemin″, dont l’accès ne passait par aucune religion, aucune philosophie ni aucune secte établies.

Tout le reste de sa vie, Krishnamurti rejeta obstinément le statut de gourou que certains voulaient lui faire endosser. Il ne cessa d’attirer un large public dans le monde entier, mais sans revendiquer la moindre autorité ni accepter aucun disciple, s’adressant toujours à ses auditeurs de personne à personne.

Le New Age Mouvement et le Nouvel Ordre Mondial

Le programme d’un Nouvel Ordre Mondial dirigé par ″les maîtres de la hiérarchie planétaire″ refit vite surface dans les années 40 avec Alice Bailey, une médium qui se disait inspirée télépathiquement par un personnage appelé ″le Tibétain″. Ce dernier mit en place l’idéologie du nouvel ordre mondial, en prétendant, après la démission de Krishnamurti, que le Christ se présenterait en personne… à la télévision ! (″Le retour du Christ″, Alice Bailey).

Alice Bailey fut la propagandiste du New Age moderne, prédisant l’apparition d’une civilisation où l’énergie nucléaire tiendrait lieu d’énergie divine ! Prédicatrice chrétienne de formation, Bailey a assumé avec zèle sa mission d’annoncer le retour du Christ, alors que Krishnamurti pressenti pour jouer ce rôle, affirma, en connaissance de cause, qu’il s’agissait d’un leurre politique.

A la suite d’Alice Bailey, nombre de médiums, illusionnés par des entités lumineuses de la dimension astrale -la sphère du mirage- se croiront en contact direct avec Jésus, Bouddha ou un initié d’un rang supérieur. Pourquoi être modeste lorsqu’on peut joindre le Christ chaque matin ?

Nous voyons que l’impulsion spirituelle lancée par Blavatsky – trop forte pour être assimilée dans toutes ses conséquences – a été récupérée au profit d’une politique menée par ce que Steiner considérait comme des entités rétrogrades- les fameux ″esprits lucifériens″.

Le Lucifer Trust – société luciférienne de la Théosophie, conseillère de l’ONU

Fondée par Alice et Foster Bailey en 1922 à Londres, le ″Lucifer Trust″ est une ″entreprise″ créée dans le but de gérer les 25 ouvrages ésotériques écrits par Alice Bailey.  Le Lucifer Trust fût renommé plus tard en Lucis Trust, une appellation plus discrète pour faciliter son introduction aux États-Unis en 1924.

Le Lucis Trust possède des sièges à New York, Londres et Genève. La société en plus de l’édition, gère l’École des Arcanes, une librairie, et une maison d’éditions Lucis publishing companies, Lucis productions, la Bonne volonté mondiale et Triangles (les Triangles réunissent les hommes et femmes de bonne volonté dans un service mondial pour un Nouvel Age Mondial). (Lire)

Rudolf Steiner, qui comme nous l’avons vu plus haut, a été premier secrétaire de ce ″mouvement″ en Allemagne, et il avait, lui aussi, fondé en 1902 sa revue ″Lucifer″, qui prit le nom de ″Lucifer-Gnosis″ (1904).

Note : Il est intéressant de constater que le Lucis Trust a toujours démenti l’affirmation qu’à un moment donné elle a été appelée la Lucifer Trust. Cela n’a jamais été le cas, qu’ils disent. Mais ils précisent néanmoins que c’est seulement pendant une brève période de deux ou trois ans, dans le début des années 1920. Autrement dit, non c’est pas vrai, mais si, c’est vrai quand même…De plus, le Lucis Trust se fourvoie dans son explication en tentant d’associer Lucifer et Lucis : ″Les mots Lucifer et Lucis proviennent d’une racine commune, Lucis étant en Latin le cas génératif signifiant de la lumière. Les raisons qui ont présidé au choix, des Bailey, de ce nom à l’origine ne nous sont pas connus, mais nous ne pouvons que supposer, que suivant les hauts enseignements de Madame H.P. Blavatsky, pour laquelle ils avaient énormément de respect, ils cherchaient à susciter la compréhension la plus profonde du sacrifice consenti par Lucifer. (Lire)

Aucune différence entre Lucis et Lucifer donc, le ″porteur de lumière″ a bien les mêmes racines linguistiques, d’après Lucis Trust.

Par ailleurs, Steiner a laissé derrière lui des ″écoles″ et plusieurs ONG, encore reconnues au sein de l’ONU.

Dans les coulisses du gouvernement mondial de l’ONU

Dans les couloirs de l’ONU, donc, circulent des personnes faisant partie d’une organisation non gouvernementale appelée le Lucis Trust (Bonne Volonté Mondiale ou World Goodwill ), accréditée auprès du Bureau d’information publique de l’Organisation des Nations Unies.

Elle a le statut consultatif auprès du conseil économique et social de l’ONU et maintient des relations informelles avec un grand nombre d’organisations non gouvernementales, nationales et internationales.
A cette effet, elle participe régulièrement à diverses activités de l’ONU.

Sachant que l’ONU (comme l’Unesco) est presque entièrement composée de francs-maçons de tous pays. (Source : les francs-maçons en France, Pierre Mariel, Biblio. Marabout – Paris, 1969 – page 204.)

Tout cela, bien sûr, avec la complicité de nos chers dirigeants qui poussent de toute leurs forces vers la mise en place de ce gouvernement mondial, qui est, ni plus ni moins, la mise en place d’une direction supranationale aux mains d’une secte qui cherche la gloire de Lucifer.

″The New Age Religion″ et les sacrifices humains

Je n’ai pas peur d’affirmer aujourd’hui que ces gens là pratiquent le sacrifice d’enfants dans leurs cérémonies… Marc Dutroux d’ailleurs revendait des enfants à des personnages de la sorte.

De là, vous comprendrez peut être mieux tous ces malheurs qui ont lieu sur notre pauvre petite planète…

Pour simplifier vos recherches, si vous le faites, tapez simplement le mot clé ″théosophie″ dans votre moteur de recherche préféré.

Je vous invite également à faire un tour sur le site officiel de l’ ONU. Tapez en bas de page sur leur propre moteur de recherche : Lucis Trust, ou alors : The Temple of Understanding dont le Pape conciliaire Jean XXIII était adepte.

Ces gens là aiment les conférences aux thèmes délicats tels que le nucléaire. Avec ça, vous pouvez dormir tranquille, ″les gouvernants″ veillent, ainsi que la presse corrompue.

Les dirigeants, presque tous francs-maçons, travaillent de toutes leur force à l’établissement de ce gouvernement mondial, sous la direction de l’ONU.

Le dogme du New Age : ″l’Ère du verseau et la transformation de l’être humain″.

″Pour ceux qui veulent aller au devant d’un véritable Nouvel Age intérieur, il s’agit de retrouver l’impulsion favorisant une transformation de l’être – la mutation atomique du corps éthérique. C’est la clé de la civilisation énergétique du futur, laquelle devra être accordée avec les rayonnements de l’ère du Verseau – ″l’eau vive″ du renouvellement spirituel.″

Tels sont les mots prophétiques du New Age Mouvement. Impulsion, transformation, mutation, rayonnement, renouvellement, ″Eau-Vive″, ″Lumière″ (Lucis ou Lucifer) . Un discours lumineux et plein d’espoir, mais auquel des paroles comme amour, compassion et partage font cruellement défaut, vous en conviendrez.

Dissocier le faux du vrai

Le pouvoir de la méditation, des pensées positives, l’intention, le besoin d’amour et de compassion est réel, mais le pouvoir de la manipulation, de la tromperie, de l’ignorance et du mensonge est tout autant présent dans nos vies. Le problème c’est de savoir faire la part des choses, et ne pas tomber dans les méandres ″subtiles″ des voies occultes.

La simple question à se poser est : devons-nous accepter de nous laisser imposer des doctrines, religions, croyances basées sur la négation d’un sauveur unique et suivre une doctrine basée sur la destruction de l’humanité ? Une religion qui s’appuie aujourd’hui sur la science, le ″savoir technologique″ et le transhumanisme ? Devons-nous croire aux extraterrestres sauveurs tel que prophétisé par le New Age ?

L’Ère du Verseau, le renouvellement spirituel

On confond facilement l’ère du Verseau avec l’Age d’Or. Mais il faut savoir que l’ère du Verseau n’est qu’un épisode à l’intérieur du cycle du Kali Yuga – l’Âge Noir – qui a commencé il y a 5000 ans et qui doit durer… 400 000 ans. En attendant de voir le bout du tunnel, il est toujours possible de s’élever vers un âge d’or intérieur. Car le véritable Âge d’Or s’atteint par la libération hors du temps.

Donc, selon la chronologie de l’Inde, nous sommes seulement en train d’amorcer la descente dans l’âge de fer – le Kali Yuga – cycle de décadence et de matérialisme, ce qui est facile à admettre pour ceux qui ont des yeux pour voir.

Le retour cyclique de l’Age d’Or aura lieu dans un lointain futur, mais sur une autre dimension que la Terre. Il apparaîtra sur le plan éthérique – le domaine céleste aux ″nombreuses demeures″. Nous y vivrons dans des corps immortels et l’ancienne Terre aura disparu.

Mais ceux qui veulent croire au mirage d’un New Age dans le monde matériel, peuvent toujours attendre… Il n’est pas interdit de rêver, mais on peut aussi choisir de se réveiller.

En conclusion

Le New Age Mouvement est une religion vénale qui vend sa ″connaissance″ à tous les êtres crédules en recherche de vérité. Le New Age est une stratagème, une entreprise, un leurre de plus du Nouvel Ordre Mondial qui tente de réunir les peuples avec son enseignement mensonger, pour mieux gouverner l’humanité, CQFD.

La vérité est en vous, en chacun de nous, et personne ne doit vous dire comment vous comporter spirituellement. Écoutez simplement votre coeur, sondez votre âme, suivez les signes. Le chemin est long et c’est à vous seul qu’il incombe de trouver votre voie.

Séraphin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *