Cancer : Et si le docteur Simoncini avait raison

Sélectionner une langue
Afrikaans
Albanais
Allemand
Amharique
Anglais
Arabe
Arménien
Azéri
Basque
Bengali
Biélorusse
Birman
Bosniaque
Bulgare
Catalan
Cebuano
Chichewa
Chinois (simplifié)
Chinois (traditionnel)
Cingalais
Coréen
Corse
Créole haïtien
Croate
Danois
Espagnol
Espéranto
Estonien
Finnois
Frison
Gaélique (Écosse)
Galicien
Gallois
Géorgien
Grec
Gujarati
Haoussa
Hawaïen
Hébreu
Hindi
Hmong
Hongrois
Igbo
Indonésien
Irlandais
Islandais
Italien
Japonais
Javanais
Kannada
Kazakh
Khmer
Kirghiz
Kurde
Laotien
Latin
Letton
Lituanien
Luxembourgeois
Macédonien
Malaisien
Malayalam
Malgache
Maltais
Maori
Marathi
Mongol
Néerlandais
Népalais
Norvégien
Ouzbek
Pachtô
Panjabi
Persan
Polonais
Portugais
Roumain
Russe
Samoan
Serbe
Sesotho
Shona
Sindhî
Slovaque
Slovène
Somali
Soundanais
Suédois
Swahili
Tadjik
Tagalog
Tamoul
Tchèque
Telugu
Thaï
Turc
Ukrainien
Urdu
Vietnamien
Xhosa
Yiddish
Yorouba
Zoulou

Fourni par Traduction

Vu le prix dérisoire du bicarbonate, il ne fallait pas s’attendre à ce que la médecine officielle accueille cette innovation avec enthousiasme. Il y a maintenant des années que l’on parle de la méthode du Dr Tullio Simoncini, mais le seul titre de son ouvrage, le cancer est un champignon, m’a braqué dès le départ.

Ce qui m’a aussi rendu méfiant, c’est que je n’ai pas entendu dire que ce “dérangeur” émancipé du “médicalement correct” ait eu quelques ennuis avec l’Institution. J’ai appris que, depuis, on lui a interdit exercer en Italie, ce qui est finalement rassurant.

D’un autre côté, je pars toujours du principe que des tas de phénomènes fonctionnent parfaitement à partir de théories fausses, voire sans aucune explication.

Pour le Dr Simoncini, le cancer serait la conséquence d’une infection à partir du Candida albicans (champignon). Selon des statistiques remontant à dix ans, il y aurait environ 70% d’Américains atteints sans le savoir de candidose. Les spores de ce champignon s’installent et prolifèrent dans l’organisme, suite au déséquilibre alimentaire et la pollution chimique de la vie moderne, qui ont créé un terrain acide. Bien que l’on puisse vivre longtemps avec les multiples troubles pénibles connus, lorsque cette invasion entretenue par l’acidose dépasse un certain seuil, la situation devient ingérable pour l’organisme. C’est à ce moment que, dans un programme de survie, celui-ci crée des tumeurs-poubelles pour tenter de limiter géographiquement le problème.

Le Dr Simoncini estime que la meilleure façon d’essayer d’éliminer une tumeur est de la mettre en contact avec du bicarbonate de sodium, aussi près que possible, en utilisant l’administration par voie orale pour le tube digestif, des lavements pour le rectum, la douche vaginale pour le vagin et l’utérus, et l’inhalation (?) pour les parties supérieures des voies respiratoires.

Les seins, les ganglions lymphatiques, peuvent être traités par des perfusions sous-cutanées locales.

La suite à lire sur: http://aidersonprochain.com/cancer-et-si-le-docteur-simoncini-avait-raison/?utm_content=buffera5916&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *