« 1991 VG, le mystérieux objet spatial va de nouveau visiter la Terre en 2017 »

14 mars 2017

Un objet spatial découvert en 1991 n’en finit plus d’intriguer les astronomes. 1991 VG présente d’étranges caractéristiques et personne n’a encore été capable de confirmer sa nature. Selon les calculs, il devrait de nouveau rendre visite à la Terre en 2017. 

Plus de 13.200, c’est le nombre d’objets géocroiseurs identifiés à ce jour par les scientifiques. Les objets géocroiseurs (ou Near Earth Objects, NEO en anglais) sont de petits corps du système solaire dont l’orbite les amène à proximité de la Terre. Mais certains sont beaucoup plus intrigants que d’autres. C’est le cas de 1991 VG.

Cet objet a été découvert le 6 novembre 1991 par James Scotti, un astronome américain. Il se trouvait à l’Observatoire de Kitt Peak en Arizona pour observer des comètes lorsqu’il a repéré ce petit corps se déplaçant à grande vitesse. Rapidement, il s’est rendu compte que celui-ci n’était pas comme les autres.

Un objet aux caractéristiques étranges Il présentait une rotation et une vitesse anormales compte tenu de sa taille d’environ 10 mètres. Il montrait aussi des fluctuations de luminosité inhabituelles. Intrigué, Scotti a continué à observer le corps pendant deux nuits et s’est aperçu qu’il allait rendre visite à la Terre le mois suivant à une distance d’environ 450.000 kilomètres.

Il n’est pas rare qu’un astéroïde réalise ce type de passage. Toutefois, 1991 VG est devenu d’autant plus étrange quand l’astronome a constaté que ce n’était pas la première fois qu’il s’approchait de la planète. Selon les données collectées par Scotti, c’était au moins le deuxième passage, le précédent ayant eu lieu aux alentours de mars 1975. Le problème est que le corps présentait une orbite héliocentrique très similaire à la Terre. Or, ce type d’objet ne passe généralement pas deux fois près de la planète, soit parce qu’il se trouve détruit en route, soit parce que son orbite se trouve modifiée. La longévité inhabituelle a donc poussé Scotti à s’interroger sur sa nature.

D’origine humaine ou… extraterrestre ?

Il a notamment émis l’hypothèse qu’il pouvait s’agir d’un objet conçu par quelqu’un ou… quelque chose. « Nous avons exploré toutes les possibilités pour qu’il soit d’origine humaine », a déclaré Scotti à Motherboard. « Il y avait quelques corps potentiels de vaisseau ou de fusée qui auraient pu être 1991 VG mais nous avons exploré chaque cas et nous avons été capables de tous les éliminer ».

Certains ont par exemple suggéré qu’il pouvait s’agir d’un résidu de la fusée d’Apollo 12 lancée en 1969 mais la théorie a été écartée. D’autres scientifiques ont envisagé des théories moins naturelles. C’est le cas de Duncan Steel, un astronome affilié à l’Université d’Adélaïde qui a publié en 1995 un article dans la revue The Observatory.

Il y explique que ses caractéristiques suggèrent que 1991 VG est un corps artificiel plutôt qu’un astéroïde. Or, « aucune des quelques fusées construites par l’homme et laissées en orbite héliocentrique ont une orbite purement gravitationnelle retournant vers la Terre ». Par ailleurs, la distance observée suggérerait plutôt une « rencontre contrôlée plutôt que hasardeuse ».

« On pourrait donc affirmer que 1991 VG est un candidat pour une sonde extraterrestre observée dans le voisinage de notre planète », conclut Duncan Steel. Depuis cette époque, la théorie de la sonde extraterrestre est restée, même si le scientifique lui-même n’était en réalité pas convaincu par elle et ne l’évoquait que pour la discréditer.

Une troisième visite en 2017 

« Je ne pense pas que 1991 VG soit d’origine extraterrestre », a-t-il commenté pour Motherboard. « Je pense que nous devons prendre au sérieux la possibilité qu’il y ait des artéfacts extraterrestres dans le système solaire, bien que je doute grandement qu’il y en ait, si l’on se base sur ce que l’on sait jusqu’ici ».

La nature de l’objet est donc encore au cœur d’un vif débat. Mais le mystère pourrait prendre fin en 2017 lorsque 1991 VG nous rendra une troisième visite. Les astronomes ont en effet calculé qu’il passera à nouveau à proximité de la Terre durant l’été. La distance sera alors nettement supérieure à celle de 1991 et l’objet ne sera visible que depuis l’hémisphère sud.

Cependant, avec les technologies dont disposent actuellement les astronomes, cela pourrait suffire à observer l’objet et à en savoir plus sur sa nature et son origine.

Sources

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s