POLITICIENS/GAMINS.  C’EST PAS MOI. C’EST POUTINE ! 

 

Le dernier refuge des vauriens de la politique : l’excuse «c’est les Russes !»

Tout politicien de second rang échouant à expliquer ses échecs a désormais un bouc émissaire très commode, explique George Szamuely*, chercheur au Global Policy Institute de l’Université métropolitaine de Londres.

* George Szamuely est politologue et écrivain britannique d’origine hongroise. Il est directeur de recherche au Global Policy Institute de l’Université métropolitaine de Londres. 

  

Le Royaume-Uni n’a aucune preuve que Moscou essaie de saper le processus démocratique en Grande-Bretagne, selon le ministre des Affaires étrangères britannique Boris Johnson. Et pourtant, il a déclaré que la Russie était capable de s’ingérer dans les affaires de son pays si elle le voulait.

Cette affaire d’accusations concernant le piratage russe, qui a commencé aux Etats-Unis avec leurs accusations infondées selon lesquelles Moscou avait piraté le Comité national démocrate et que les Russes étaient intervenus dans les élections présidentielles, a traversé l’océan.

RT France : Est-il juste de continuer à accuser la Russie d’ingérence dans les processus politiques d’autres pays sans fournir de preuve ?

George Szamuely (G. S.) : Je ne pense pas que ce soit juste, mais le mantra «c’est les Russes !» est maintenant le dernier refuge des vauriens. Tout politicien de second rang qui échoue à expliquer ses échecs peut maintenant pointer du doigt la Russie ou RT et son influence néfaste. Tous les politiciens usent de cette petite astuce désormais, les Etats-Unis ont commencé, mais les Européens l’utilisent également. C’est absurde. Et parmi eux, Boris Johnson semble particulièrement insensé quand il commence à parler d’ingérence russe dans les élections parce que l’une des accusations portées contre les Russes concernait le Brexit. Comme il était un des leaders du mouvement en faveur du Brexit, je ne pense pas qu’il soit bien placé pour dire ensuite : «Bon, c’est seulement à cause des Russes que le Brexit est passé.»

L’Occident a profité de la faiblesse momentannée des Russes pour étendre ses pouvoirs et son influence autant qu’il le pouvait sans penser que la Russie se rétablirait un jour

RT : Pourquoi la Russie est-elle toujours présentée comme une menace majeure ?

  1. S. : Cela fait partie de la politique occidentaledepuis des décennies, depuis la fin de la guerre froide que les puissances occidentales ont emportée du fait de la dissolution de l’Union soviétique et de la faiblesse momentanée des Russes pendant les années 1990, faiblesse dont elles ont profité.

L’Occident a saisi cette occasion pour étendre ses pouvoirs et son influence autant qu’il le pouvait sans penser que la Russie se rétablirait un jour. Que quand la Russie se relèverait, elle serait très énervée de voir les forces occidentales à ses frontières, qu’elle les considérerait comme une menace légitime très sérieuse pour sa sécurité. Les puissances occidentales n’avaient pas prévu cela. Maintenant, ils sont extrêmement irrité par le fait que les Russes voient de manière absolument légitimes une menace à leurs frontières.

Article commplet sur: http://canalisations-marie.blogspot.fr/2017/03/1603-politiciensgamins.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s