Les véritables raisons de la démission du général Flynn

Les véritables raisons de la démission du général Flynn

La démission du général Flynn s’inscrit dans un processus de sabotage du mandat présidentiel de Trump par le complexe militaro-industriel, ainsi que d’une tentative de reprise en main de la politique étrangère. 

Flynn a été poussé dans les cordes suite aux révélations de son entretien avec l’ambassadeur russe Sergey Kislyak en décembre dernier. Cet évènement a été exploité pour justifier la théorie du complot qui prétend, sans autre fondement, que la Russie a piraté les élections pour aider Trump à vaincre Hillary Clinton et que cette discussion entre Flynn et Kislyak était l’annonce d’un retour d’ascenseur.

En réalité, l’entretien entre Flynn et Kislyak était l’excuse que l’establishment néo-conservateur et néo-libéral des deux partis cherchait désespérément. Ils souhaitaient son départ depuis le début. C’est un joli coup de la part de l’État profond.

Dans l’absolu, Flynn ne faisait qu’un audit de début de mandat, en tant que nouveau conseiller à la sécurité nationale, en entrant en contact avec un éminent représentant étranger. Pourtant, la très politisée communauté du renseignement des États-Unis ainsi que la presse anti-Trump poussive et hystérique, ont demandé la tête de Flynn sur la base d’une violation du Logan Act, bien que cette justification soit pour le moins discutable.

L’intérêt soudain que portent les médias officiels aux violations potentielles du Logan Act par Flynn est intéressant si l’on considère que la classe politique a violé le Logan Act depuis des décennies en rencontrant physiquement des représentants de gouvernements étrangers aux réunions du Bilderberg, sans recevoir aucune objection de la part de la presse.

Comme Chris Buskirk l’explique, lorsque les Démocrates rencontrent des officiels russes, « ce n’est pas un drame ».

« Souvenez-vous qu’en 1984, le Sénateur Ted Kennedy a approché le gouvernement soviétique pour demander leur soutien afin d’empêcher la réélection de Ronald Reagan. Il leur a offert des concessions tant sur le plan diplomatique que sur le contrôle de l’armement, s’ils l’aidaient à installer Walter Mondale à la Maison-Blanche. Sans surprise, Kennedy a obtenu, dans les journaux, un laissez-passer voire un clin d’œil complice de la part des gardiens de la démocratie. Naturellement, ils soutiennent les politiques partisanes envers des gouvernements étrangers lorsqu’il s’agit d’atteindre leurs objectifs électoraux. »

Article complet sur: http://www.blogdelazare.com/2017/02/les-veritables-raisons-de-la-demission-du-general-flynn.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s