En cas de sortie de l’euro, le franc ne dévaluerait pas !

CHRISTIAN CHAVAGNEUX   20/03/2017 

Voici une étude qui va assurément faire parler d’elle. Anne-Laure Delatte, directrice adjointe du Cepii, a analysé les conséquences d’une sortie de la France de la zone euro en faisant l’hypothèse que, dans ces conditions, la monnaie unique disparaîtrait. Plusieurs conclusions fortes en ressortent.

Tout d’abord, le franc dévaluerait vis-à-vis de quatre devises européennes (dont le mark) mais s’apprécierait vis-à-vis des autres. Ensuite, compte tenu de ces variations de taux de change différentes selon les pays, et en regardant de près quels biens et services la France échange avec quels partenaires, on peut montrer que le secteur agricole, le secteur manufacturier, les échanges financiers et d’information-communication seraient perdants, le secteur du tourisme gagnant. Enfin, une note complémentaire devrait montrer les effets sur les banques françaises 1.

4 dépréciations, 14 appréciations du franc

En tenant compte de plusieurs éléments (différence de productivité, poids dans les échanges…), les économistes calculent le niveau auquel devrait à peu près s’établir le taux de change d’un pays avec les monnaies de ses partenaires. Lorsque l’on effectue ce travail pour évaluer l’impact du retour au franc, Anne-Laure Delatte montre que notre devise est aujourd’hui surévaluée vis-à-vis de celle de l’Allemagne, de l’Irlande, des Pays-Bas et du Luxembourg… mais sous-évaluée vis-à-vis de tous les autres pays de la zone euro.

Le franc se déprécierait vis-à-vis de l’Allemagne, l’Irlande, les Pays-Bas et le Luxembourg mais s’apprécierait vis-à-vis de tous les autres pays de la zone euro

L’étude du Cepii ne détaille pas les raisons de cette situation mais on comprend que, compte tenu de ses très importants excédents commerciaux, il y aurait une forte demande de mark qui devrait s’apprécier fortement (l’Allemagne bénéficie aujourd’hui avec l’euro d’une devise sous-évaluée). Comme par hasard, les trois autres pays qui sont dans la même situation sont trois paradis fiscaux : des pays utilisés pour cacher des capitaux français et dont la monnaie serait sûrement fortement demandée pour les fuites de capitaux qui ne manqueraient pas d’intervenir.

La suite sur: http://www.alternatives-economiques.fr/cas-de-sortie-de-leuro-franc-ne-devaluerait/00078008

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s