Appel de Reykjavik (Islande) sur la technologie sans-fil dans les écoles – Février 2017

 
Source et références scientifique : http://www.cqlpe.ca/pdf/AppelDeReykjavik.pdf
Nous, les signataires, sommes préoccupés par la santé et le développement de nos enfants dans des écoles utilisant la technologie sans-fil pour l’enseignement. Une grande quantité d’études scientifiques ont montré des risques médicaux considérables avec l’exposition à long terme aux radiations de fréquence radio (RFR) des appareils et des réseaux sans-fil, bien en dessous des niveaux de référence recommandés par la Commission internationale sur la protection contre les radiations non-ionisantes (ICNIRP). Nous demandons aux autorités de prendre leur responsabilité pour la santé et le bien-être futur de nos enfants.

En mai 2011, l’Agence Internationale pour la Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’OMS, a classé les RFR comme cancérogènes du groupe 2B, à savoir : « Peut-être » cancérogènes pour l’homme. Depuis, plus d’études scientifiques sur l’exposition aux RFR des humains, des animaux et du matériel biologique, ont renforcé l’association avec un risque accru de cancer, en particulier des tumeurs du cerveau. Plusieurs études de laboratoire ont montré des effets mécaniques dans la cancérogenèse : tels que le stress oxydatif, la régulation négative de l’ARNm et des dommages à l’ADN avec des ruptures d’un simple brin. La classification du cancer du CIRC comprend toutes les sources de RFR. Les expositions aux antennes-relais, aux points d’accès Wi-Fi, aux téléphones mobiles, aux ordinateurs portables et aux tablettes peuvent être à long terme, parfois toute la journée, à la fois à la maison et à l’école. Pour les enfants ce risque peut être accentué en raison d’un effet cumulatif à cause d’une utilisation prolongée pendant toute la vie. Les cellules immatures et en développement peuvent également être plus sensibles à l’exposition aux RFR. Basé sur des études scientifiques, aucun niveau sécuritaire de cette radiation n’a été établi, et nous n’avons par conséquent aucune garantie de sécurité.

Ainsi, outre le risque de cancer, les RFR peuvent affecter la barrière hémato-encéphalique à s’ouvrir et laisser des molécules toxiques passer dans le cerveau, blesser des neurones dans l’hippocampe (le centre du cerveau pour la mémoire), réguler en moins ou en plus des protéines essentielles dans le cerveau, engagées dans le métabolisme du cerveau, la réponse au stress et la neuro-protection et affecter les neuro-transmetteurs. Les spermatozoïdes exposés à une connexion Wi-Fi ont été vus avec plus de défauts de la tête et de lésions de l’ADN. Les RFR peuvent augmenter le stress oxydatif dans les cellules et entraîner une augmentation des cytokines pro-inflammatoires et diminuer la capacité à réparer des ruptures d’un simple ou d’un double brin de l’ADN.

Article complet sur: http://www.robindestoits.org/index.php?preaction=view_nl&nl=224992&id=29504042&idnl=224992

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s