L’Italie ne veut plus de l’Euro : Beppe Grillo largement en tête dans les sondages

23MAR

Sondages :  « Le M5S devance le PD » – ‘’5 points gagnés (32,3%) après la scission entre le PD et le MDP’’ (Corriere della Sera). 

Des sondages récents montrent que les politiciens italiens qui soutiennent la zone euro et l’ UE se sont effondrés.

Les sondages pro-européens sont très susceptibles d’être de pire en pire alors que le parti PD de Matteo Renzi se fragmente de plus en plus.

Il n’est plus impossible que le Mouvement eurosceptique Cinq étoiles de Beppe Grillo (M5S) parvienne à la majorité absolue lors des prochaines élections . Toutefois, notez qu’il faut 40% pour obtenir une « majorité ».

Le Financial Times rapporte que l’Italie est en désamour avec l’ Europe :

Les étrangers sous-estiment souvent la capacité de l’Italie à éviter la calamité. Cela dit, les enjeux sont plus grands aujourd’hui qu’en 1992. Les solutions peuvent se révéler plus difficile à trouver. La raison réside dans les contextes européens et méditerranéens radicalement différents dans lequel se trouve l’Italie.

Certains des défis de l’ Italie contemporaine semblent similaires à ceux du début des années 1990. Le système des partis est de nouveau en fragments. Le Parti démocratique (PD) de centre-gauche s’est divisé le mois dernier. La droite est divisée. Le parti d’opposition le plus populaire est le mouvement anti-establishment Cinq étoiles. Depuis Novembre 2011 quatre premiers ministres ont pris le pouvoir non pas parce que les électeurs les ont choisis, mais à cause d’une situation d’ urgence financière, les partis se chamaillant entre factions, et échouant à mettre en place une réforme constitutionnelle.

Matteo Renzi, l’ancien 1er ministre et chef du PD, a subi un coup ce mois-ci quand il est apparu que Tiziano Renzi, son père et Luca Lotti, un proche allié politique, ont été poursuivit dans une enquête judiciaire pour un trafic suspecté des marchés publics.

La comparaison la plus inquiétante entre 1992 et nos jours concerne l’économie italienne, qui devrait cette année être la plus faible croissance de la zone euro. La dette publique est de plus de 132 pour cent du produit intérieur brut. Le chômage est près de 12 pour cent; les taux de chômage chez les jeunes est de plus de 37 pour cent.

La suite à lire sur: https://resistanceauthentique.net/2017/03/23/litalie-ne-veut-plus-de-leuro-beppe-grillo-largement-en-tete-dans-les-sondages/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s