Les momies des pyramides

par Jose Miguel Parra Ortiz, égyptologue, spécialiste de l’Egypte pharaonique et des pyramides, et docteur de l’Université Complutense de Madrid.

Article original : Las momias de las pirámides

Résumé :

Le grand public croit, comme si c’était un dogme religieux, que les pyramides égyptiennes n’étaient pas les tombeaux des pharaons de l’Ancien et du Moyen Empire, parce qu’on n’a jamais trouvé de momie dans aucune de leurs chambres funéraires. Cette étude compile toutes les données pertinentes sur le sujet et décrit brièvement tous les restes humains découverts à l’intérieur des pyramides, démontrant ainsi que cette croyance courante est fausse à la base.

Si j’y réfléchis, le professeur Federico Lara a été la personne qui, il y a des années, m’a ouvert une porte, m’a incité à en franchir le seuil en me donnant l’opportunité de faire les premiers pas de ce qui serait mon devenir professionnel.

Au mitan des années 80 du siècle passé, si on étudiait l’Histoire, pour peu qu’on ait un peu de curiosité et qu’on la consacre à se pencher sur des livres traitant du monde antique, on rencontrait beaucoup de titres de Federico Lara Peinado, portant surtout sur les mondes mésopotamien mais aussi égyptien, faisant de lui un des rares professeurs dont le nom et le travail était connu par les pauvres étudiants de début de cursus. Je ne pouvais guère suspecter qu’en plus d’être son élève pendant les années de spécialisation, il serait le secrétaire de mon jury de thèse. Mieux encore, quelques mois après être devenu un docteur flambant neuf (au chômage évidemment…), je rencontrai Federico à la librairie Marcial Pons [librairie spécialisée de Madrid, NDT], rendez-vous de ces rats de bibliothèques friands d’ouvrages d’humanités publiés dans des langues rares et dans des endroits éloignés de nos frontières nationales.

Après qu’il m’eut demandé de mes nouvelles et que je lui eus montré avec orgueil mon premier livre posé sur les étagères de la librairie, il fit preuve de sa générosité légendaire en m’expliquant qu’il dirigeait une collection d’Histoire Antique chez un nouvel éditeur, à qui il me proposait de me présenter pour voir ce que nous pourrions faire. Sitôt dit, quelques jours après nous nous retrouvâmes dans les bureaux de l’éditeur Aldebaran, où je fis la connaissance de Manuel Peni. C’est ainsi que tout commença, car non seulement nous en vînmes à publier trois livres ensemble, mais Manuel me poussa, au vu de mes études et de ma formation universitaire, à traduire un livre du français à l’espagnol. Ce fut le premier d’une longue série, car à peine découverts les plaisirs de la traduction que je passai un master dans cette discipline et que ce travail, joint à la recherche historique, devint ma principale activité professionnelle, tout cela grâce à ce premier petit coup de pouce du Pr Lara. C’est pour cela qu’avec toute ma reconnaissance, je souhaiterais dédier à Federico cette petite étude sur un thème qui nous intéresse tant tous les deux, les pyramides égyptiennes.

La suite à lire sur: http://www.elishean.fr/les-momies-des-pyramides/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s