Nouvelles révélations sur les liens de l’ex-vice-présidente de la Commission européenne Neelie Kroes avec le crime organisé.

neelie-kroes-22-septembre-2016
Cela fait plusieurs années que je dénonce les liens suspects ou avérés de plusieurs commissaires européens, soit avec les services d’influence américains, soit avec des lobbys en tout genre et en particulier bancaires et industriels, soit carrément avec la pègre internationale et le crime organisé.

C’est notamment le cas dans ma conférence « Qui gouverne la France ? », disponible en ligne dans une version enregistrée il y a 3 ans.

 

Neelie Kroes, une sulfureuse vice-présidente de la Commission européenne (2004-2014)

Dans cette conférence, je m’étais plus spécialement attardé sur le cas de Neelie Kroes, commissaire européenne de nationalité néerlandaise. Elle fut en charge de la Concurrence au sein de la Commission européenne Barroso 1 et elle s’était opposée – victorieusement – au décret sur le patriotisme économique que Dominique de Villepin avait souhaité prendre suite à l’affaire Arcelor Mittal.

Il y a 11 ans, le 14 septembre 2005, Mme Kroes avait fait plier Jacques Chirac et le gouvernement français théoriquement souverain en imposant la cession de notre sidérurgie à des intérêts anglo-indiens et l’avait justifié en ces termes :

« Confrontés à l’insécurité et à une perte de confiance collective, certains politiques sont prompts à rechercher des politiques régressives de repli sur soi. Ils veulent protéger des champions et des marques nationaux – ou même européens – des assauts du marché mondial pour relancer les canards boiteux de l’industrie. Nous ne pouvons pas nous permettre d’être complaisants face à la résurgence actuelle de la rhétorique protectionniste. Le risque est à la fois réel et urgent. » (Dépêche AFP du 14 septembre 2005)

Dans ma conférence, j’avais souligné les fréquentations criminelles de cette dame, élue par personne et ayant plus de pouvoir que le Premier ministre et même que le président de la République française.

J’avais aussi informé mes auditoires que la presse néerlandaise avait révélé plusieurs scandales concernant Neelie Kroes en mai – juin 2006 :

  • d’une part, elle avait des relations intimes avec Jan-Dirk Paarlberg, membre du Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD, libéral) – le parti de Mme Kroes – mais aussi membre de l’organisation criminelle d’un célèbre gangster hollandais nommé Willem Holleeder. Lequel s’était spécialisé dans les extorsions de fonds, les faux et usages de faux, les enlèvements crapuleux (en particulier l’enlèvement contre rançon de Freddy Heineken) et le blanchiment d’argent sale.

kroes-paarlberg

 

  • d’autre part, elle était elle-même soupçonnée d’avoir participé à des opérations de blanchiment d’argent sale : la justice néerlandaise avait découvert qu’elle avait acquis pour 6,1 millions d’euros d’immeubles de bureaux à Rotterdam, qu’elle avait « oublié » de déclarer dans son patrimoine au moment de sa prise de fonctions à la Commission européenne. La justice avait aussi découvert que Mme Kroes avait financé l’achat de ce patrimoine foncier très important grâce à Paarlberg. L’affaire fut ensuite discrètement enterrée…

kroes-paarlberg-scandale

 

screen-shot-09-22-16-at-10-52-pm

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s